Christiane Taubira met en garde Manuel Valls : "Je peux devenir méchante"

Christiane Taubira, le 27 janvier 2016 à Paris.
Christiane Taubira, le 27 janvier 2016 à Paris. (CHRISTIAN HARTMANN / REUTERS)

L'ancienne garde des Sceaux a réagi avec virulence à une pique de Manuel Valls au sujet de la construction de places de prison.

"J'ai été archi-correcte, mais il ne faut pas me chercher." Dans les pages du Canard enchaîné, daté du mercredi 24 août, Christiane Taubira réagit très mal à la petite pique prononcée par Manuel Valls à son encontre. Lors de la visite de la prison de Nîmes (Gard), le 8 août, le Premier ministre avait affirmé que "le gouvernement agit et tout particulièrement depuis que Jean-Jacques Urvoas est garde des Sceaux".

"Il ne faut pas que ces deux-là jouent à me faire la guerre, prévient l'ancienne ministre de la Justice, qui a quitté le gouvernement avec fracas, en janvier, après des divergences avec le Premier ministre. Il y a, eu en faveur de ma politique, une dynamique collective, je ne vais pas laisser piétiner tout ça ! Je peux devenir méchante."

Taubira affirme avoir été ralentie par Matignon

Contrairement à ce que sous-entend Manuel Valls, Christiane Taubira assure qu'elle avait bien prévu un plan massif pour construire 9 700 nouvelles places de prison. Problème, selon elle : cette initiative a été ralentie par Matignon. "A plusieurs reprises, Manuel a demandé de retarder l'ouverture de chantier de trois ou quatre mois, histoire d'accorder une petite respiration de trésorerie au budget de l'Etat", affirme Christiane Taubira. 

Vous êtes à nouveau en ligne