Cécile Duflot : "Je tends la main à François Hollande pour bâtir une coalition"

La coprésidente du groupe écologiste à l\'Assemblée nationale, Cécile Duflot, à l\'Elysée, le 15 novembre 2015.
La coprésidente du groupe écologiste à l'Assemblée nationale, Cécile Duflot, à l'Elysée, le 15 novembre 2015. (CITIZENSIDE / FRANCOIS PAULETTO / AFP)

L'ex-ministre du Logement et coprésidente du groupe écologiste à l'Assemblée nationale propose au chef de l'Etat une coalition "de transformation" avec les écologistes et les communistes.

"Avec une droite divisée, une gauche fragilisée et un Front national en dynamique, il faut être lucide : une catastrophe politique est en marche" : voilà comment Cécile Duflot, députée de Paris, coprésidente du groupe écologiste à l'Assemblée nationale et ex-ministre du Logement, analyse les résultats des élections régionales. Elle s'exprime dans une interview accordée au Monde et publiée mardi 15 décembre.

"Le président de la République a désormais le choix entre deux options. D'un côté, une coalition du prétendu 'cercle de la raison' avec l'idée de conserver le système. C'est une vision qui obère l'avenir et valide la thèse de l'UMPS. Mais on peut aussi imaginer une coalition de transformation. C'est l'option que je défends", poursuit Cécile Duflot.

"Que [François Hollande] revienne à l'esprit de 2012"

C'est la raison pour laquelle elle tend "la main" au chef de l'Etat. "Qu'il revienne à l'esprit de 2012 et rassemble enfin écologistes et communistes désireux de rejoindre un bloc majoritaire de transformation", intime Cécile Duflot. La députée propose aussi notamment un plan d'urgence pour la jeunesse, l'inscription du dérèglement climatique dans la Constitution et "un bouclier territorial basé sur le maintien des services publics".

Enfin, quand on lui demande si elle est prête à revenir au gouvernement, elle ne répond pas par la négative. "Ça n'a jamais été une question personnelle. C'est une question politique", explique-t-elle.

Vous êtes à nouveau en ligne