Renault : l'État est-il responsable de l'échec de la fusion ?

FRANCE 2

L'État français est-il vraiment responsable de la rupture entre Renault et le groupe Fiat Chrysler ? La journaliste Alexandra Bensaid donne son éclairage en plateau.

Renault ne s'alliera finalement pas au groupe Fiat Chrysler. Mais qui est fautif ? "Bercy [le ministère de l'Économie] est responsable d'avoir imposé ce nouveau délai de réflexion. Ça a été le détonateur", estime la journaliste Alexandre Bensaid sur le plateau de France 2. Mais pour elle, le groupe italien a aussi sa part. "Fiat est responsable de son impatience, même si c'est difficile de croire qu'un constructeur automobile renonce à une telle opération pour cinq jours de retard", s'interroge-t-elle.

La menace d'une rupture avec Nissan

"Ce qui est sûr, c'est que Renault n'a pas réussi à convaincre son partenaire, Nissan, d'accepter un mariage à trois. Nissan a prévenu : dans ce cas-là, il faudrait revoir l'alliance de vingt ans avec le Français. Et c'est ça qui explique la prudence de l'État, qui est le premier actionnaire de Renault", conclut Alexandra Bensaid.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne