VIDEO. Campagne en terrain miné

Invité de "Dimanche en politique", Jean-Christophe Cambadélis revient sur la campagne du Parti socialiste pour la présidentielle à venir.

Une opération tractage et "boîtage" a été organisée par Rachid Temal, premier secrétaire fédéral du Parti socialiste à la tête de la fédération du Val-d’Oise et proche de Jean-Christophe Cambadélis. Son but : rassembler les "forces de gauche" en vue de l'élection présidentielle à venir.

En effet, la campagne de Benoît Hamon ne bénéficie pas toujours de l’élan qu’aurait dû lui conférer son statut de vainqueur de la primaire. Les Français semblent observer de manière un peu indifférente et dubitative les tentatives de rassemblement et d’alliances à gauche.

40% de l’électorat sûr de son vote

A la question de savoir si tout le Parti socialiste est derrière son candidat, Jean-Christophe Cambadelis reconnaît qu’au niveau des parlementaires notamment, "il y a des interrogations car on se souvient que Benoît Hamon avait mené la fronde contre le gouvernement".

Les Français sont dans une période d’attente ne sachant encore vraiment pour quel candidat ils vont voter. "Seul 40 % de l’électorat est politisé et sûr de son vote aujourd’hui", reconnaît le numéro 1 des socialistes, qui avoue ne jamais avoir connu une situation aussi instable.

Vous êtes à nouveau en ligne