Présidentielle : Valls, Le Guen, Bartolone, Royal... Ces ténors qui n'iront pas à l'investiture de Benoît Hamon

Jean-Marie Le Guen, Manuel Valls, Jean-Jacques Urvoas et Claude Bartolone lors du défilé du 14-Juillet, à Paris.
Jean-Marie Le Guen, Manuel Valls, Jean-Jacques Urvoas et Claude Bartolone lors du défilé du 14-Juillet, à Paris. (PATRICK KOVARIK / AFP)

Le vainqueur de la primaire de la gauche lance officiellement sa campagne, dimanche, à Paris. Certaines figures du PS ont déjà déclaré qu'elle ne seraient pas présentes.

Le rassemblement de la gauche s'annonce difficile en vue de la présidentielle. Benoît Hamon, vainqueur de la primaire organisée par la Belle Alliance populaire, prononcera son discours d'investiture, dimanche 5 février, à La Mutualité à Paris. Mais des poids lourds du PS brilleront par leurs absences.

A commencer par l'autre finaliste du scrutin : Manuel Valls, qui préfère prendre des vacances. "Il n'y sera pas", a indiqué, lundi 30 janvier, un des proches de l'ancien Premier ministre. "Il va prendre quelques congés pour retrouver ses proches. L'heure pour lui est au recul, à la réflexion." Il doit réunir toutefois ses soutiens politiques mardi en début de soirée à Paris.

La tentation Macron

La ministre de l'Environnement Ségolène Royal ne voit elle, "pas l'utilité" pour Benoît Hamon qu'elle assiste à sa convention d'investiture. "C'est l'investiture interne au parti. Je n'en sens pas l'utilité pour lui. Je le lui ai dit d'ailleurs en le félicitant pour sa désignation."

Le secrétaire d'Etat chargé du Développement et de la Francophonie, Jean-Marie Le Guen, ne viendra pas non plus applaudir le champion de la primaire de la gauche : ce proche de Manuel Valls l'a annoncé sur BFMTV.

Invité de franceinfo, Jean-Marie Le Guen a également déclaré que Benoît Hamon devait faire des "gestes substantiels"sans quoi il n'exclut pas de soutenir Emmanuel Macron.

Enfin, le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, ne sera pas non plus présent en raison d'un problème d'agenda. Il sera en effet en déplacement à Marseille pour une réunion commune entre le bureau de l'Assemblée nationale et le bureau de la présidence du Bundestag, l'Assemblée allemande.

Vous êtes à nouveau en ligne