Benoît Hamon : "Je considère que ma place est au centre de la gauche"

Benoît Hamon invité de la matinale grand format le 27 février 2017.
Benoît Hamon invité de la matinale grand format le 27 février 2017. (Radio France / Anne Audigier)

Suite à l'échec d'un accord sur une candidature unique entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon, le candidat du Parti socialiste considère que sa place est "au centre de la gauche".

Benoît Hamon a confirmé, lundi 27 janvier, qu'il n’y aura pas d’accord entre lui et Jean-Luc Mélenchon pour l'élection présidentielle. Les deux candidats ont dîné ensemble dans la soirée du vendredi 24 février et ont constaté l’impossibilité d’une candidature unique. Ils ont conclu un pacte de non-agression.

"Nous avons discuté. Il m’a dit qu'il était candidat. Je lui ai dit que j’étais candidat. Il ne m’a pas demandé de me retirer. On a eu un entretien très sérieux", a déclaré le candidat du Parti socialiste, lundi matin sur France Inter.

"J’aurais préféré qu’on se rassemble autour de ma candidature"

Le candidat du Parti socialiste a ajouté, "Jean-Luc Mélenchon a décidé d’être candidat jusqu’au bout. J’aurais préféré qu’on se rassemble autour de ma candidature" avant de revendiquer son positionnement sur l'échiquier politique. "Je considère aujourd’hui que ma place est au centre de la gauche". Pour incarner cette ligne politique, le candidat s'en est pris à "la barre des 3%" qui est "un non-sens"

"Maintenant, a poursuivi Benoît Hamon, je me projette et je dis aux citoyens français, aux électeurs de gauche, que la gauche peut être absente du second tour de l’élection présidentielle. Ce qui serait extrêmement dangereux pour le pays, parce que la droite que nous avons est une droite brutale. Et le centre droit que propose Macron n’est rien d’autre que le programme de Fillon, le sourire en plus."