Après le soutien de Valls à Macron, une militante porte plainte contre le PS pour "abus de confiance"

Manuel Valls, le 29 juin 2017 à Paris.
Manuel Valls, le 29 juin 2017 à Paris. (ERIC FEFERBERG / AFP)

"Je demande qu'on me rembourse mes deux euros", versés lors de la primaire à gauche, a expliqué la militante à "La Provence".

Certains militants du Parti socialiste ne décolèrent pas après le ralliement de Manuel Valls à Emmanuel Macron, mercredi 29 mars. Parmi eux, une militante de Marseille, Sylvie Lyons-Noguier, a décidé d'aller plus loin, en portant plainte contre le PS. "Je m'estime victime d'un abus de confiance, explique-t-elle à La Provence. Et je demande qu'on me rembourse mes deux euros."

"Lors de la primaire qui a coûté deux euros, l'ensemble des membres du PS se devait de soutenir le candidat élu. En particulier Manuel Valls, qui a signé une charte mentionnant qu'en cas de défaite, il soutiendrait le vainqueur. Cette clause n'a pas été respectée par monsieur Valls et ses acolytes", s'indigne la militante.

Des militants et des élus écœurés

En effet, tous les candidats ayant participé à la primaire ont signé une "charte éthique", qui comportait notamment cette mention : "Je m'engage à soutenir publiquement le (la) candidat-e qui sera désigné-e à l'issue des élections primaires citoyennes et à m'engager dans sa campagne." Donc, logiquement, Benoît Hamon. "L'intérêt supérieur du pays, l'intérêt supérieur de la France, va au-delà des règles d'un parti, d'une primaire et d'une commission", s'est défendu Manuel Valls pour justifier son choix.

Des explications qui peinent à convaincre de nombreux militants et certains élus socialistes. Aurélie Filippetti, porte-parole de Benoît Hamon, a jugé sur franceinfo que Manuel Valls était "pathétique".