Affaire Théo : Benoît Hamon propose une "prime spécifique" pour les policiers en zone de sécurité prioritaire

Le candidat socialiste à la présidentielle, Benoît Hamon, à la Mutualité française, à Paris, le 27 février 2017. 
Le candidat socialiste à la présidentielle, Benoît Hamon, à la Mutualité française, à Paris, le 27 février 2017.  (IRINA KALASHNIKOVA / SPUTNIK / AFP)

Le candidat socialiste veut également recruter 5 000 fonctionnaires de police et de gendarmerie supplémentaires sur l'ensemble du quinquennat.

Dans le sillage de l'affaire Théo, qui a braqué les projecteurs sur la brigade spécialisée de terrain (BST) d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), Benoît Hamon s'est prononcé, lundi 27 février, en faveur d'une "prime spécifique" pour les policiers en zone de sécurité prioritaire. "Je veux qu'on aligne le principe de la rémunération des policiers sur celui des enseignants", a déclaré le candidat socialiste à la présidentielle sur France Inter.

"On considère que c'est plus dur d'enseigner en réseau d'éducation prioritaire (...), en tout cas la pression est plus forte. Aujourd'hui, si la pression est incontestablement plus forte en zone de sécurité prioritaire, il me semble logique qu'on puisse envisager la négociation d'une prime spécifique qu'on discutera évidemment avec les syndicats de policiers", a justifié le député des Yvelines.

Recrutement de 5 000 fonctionnaires

 L'ancien ministre de l'Education nationale a également appelé à réfléchir "à qui on affecte en sortie de formation initiale dans ces zones de sécurité prioritaire". "Il me semble qu'on doit repenser les mécanismes de déroulement de carrière des policiers", a-t-il justifié.

Benoît Hamon propose par ailleurs, dans son programme, de recruter 5 000 fonctionnaires de police et de gendarmerie supplémentaires sur l'ensemble du quinquennat.