Retrait de Benjamin Griveaux aux municipales : "C'est un effondrement en direct, rarement vu dans notre vie politique"

Benjamin Griveaux lors d\'un discours à Charleville-Mézières en novembre 2018. 
Benjamin Griveaux lors d'un discours à Charleville-Mézières en novembre 2018.  (ETIENNE LAURENT / POOL / MAXPPP)

Bruno Cautrès, chercheur au Cevipof et enseignant à Sciences Po, invité de franceinfo vendredi, s'interroge sur les conséquences du retrait de Benjamin Griveaux de la campagne des municipales à Paris sur la vie politique française. 

"L'une des premières conclusions qu'on doit tirer, c'est à quel point la vie politique est devenue d'une extrême dureté" réagi sur franceinfo vendredi 14 février Bruno Cautrès, politologue au CEVIPOF, le Centre de recherches de l'école Sciences Po, après le retrait de Benjamin Griveaux de la course à la mairie de Paris. Cela fait suite à la diffusion sur internet de vidéos à caractère sexuel et de captures écran de conversations personnelles attribuées à Benjamin Griveaux. Ces vidéos et ces captures d'écran ne sont pas authentifiés.

"C'est un effondrement en direct, rarement vu dans notre vie politique. Cela va être un marqueur de l'époque que nous traversons. Cela dépasse le cadre des élections municipales à Paris", poursuit Bruno Cautrès. 

On ne peut plus aujourd'hui faire de la politique avec la moindre anicroche dans sa vie privée, dans sa vie personnelle.Bruno Cautrèsà franceinfo

Le politologue associé à Sciences Po voit dans cette affaire le signe d'une "accélération du temps liée aux réseaux sociaux. Il ne s'est passé que quelques heures avant que Benjamin Griveaux annonce renoncer à cette candidature." Pour Bruno Cautrès cela veut aussi dire qu'en France, "l'exigence d'un comportement exemplaire des élus est de plus en plus forte."

Vous êtes à nouveau en ligne