Piotr Pavlenski : à l'issue de la procédure judiciaire "nous pourrons remettre en cause" son statut de réfugié

Le ministre de l\'Intérieur, invité sur France Inter, le 19 février 2020.
Le ministre de l'Intérieur, invité sur France Inter, le 19 février 2020. (FRANCEINTER / RADIOFRANCE)

Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur, estime que, quand un réfugié politique est accueilli en France, il doit se comporter comme un "citoyen exemplaire". Ce qui n'est pas le cas de Piotr Pavlenski, estime-t-il.

"Ce que j'attends de quelqu'un que l'on protège dans le cadre d'un statut de réfugié politique, c'est qu'effectivement, il soit un citoyen exemplaire", a lancé mercredi 19 février Christophe Castaner sur France Inter. Le ministre de l'Intérieur réagissait à une question sur Piotr Pavlenski mis en examen dans le dossier des vidéos à caractère sexuelle attribuée à Benjamin Griveaux et que l'activiste russe est soupçonné d'avoir diffusées.

"Il ne l'était pas non plus [exemplaire] dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, où il a poignardé deux personnes, dont une au visage, avec 12 points de suture, frappé une troisième personne et organisé sa fuite et sa disparition pendant un mois", a expliqué le ministre de l'Intérieur.

Pour Christophe Castaner, il faut désormais attendre la fin de la procédure judiciaire en cours.

S'il est sanctionné, nous pourrons remettre en cause son statut de réfugié à ce moment-là.Christophe Castaner, ministre de l'Intérieursur France Inter

"On sait qu'il fera sûrement appel, projette Christophe Castaner, et qu'il trouvera d'ailleurs de très bons avocats. Ils sont nombreux, manifestement, à être à ses côtés pour le défendre", a souligné Christophe Castaner

Vous êtes à nouveau en ligne