Barack Obama veut faire payer les plus riches

(Kevin Lamarque Reuters)

Barack Obama a donné vendredi son premier discours de président réélu. Il veut trouver un consensus rapide pour éviter le mur budgétaire et a insisté sur la nécessité d'augmenter les impôts des plus riches. Le président américain va convier à des discussions les chefs de file démocrate et républicain dès la semaine prochaine.

Une
courte allocution d'une dizaine de minutes. Dans la droite ligne de son
discours de réélection, Barack Obama est revenu vendredi sur la nécessité
d'éviter le mur budgétaire, le fameux "fiscal cliff ". Les américains
les plus riches, ceux qui gagnent plus de 250.000 dollars par an, vont être mis
à contribution.

Les
chefs de file du Congrès invités à discuter

"Au
travail !
" La dernière phrase de Barack Obama traduit l'urgence de la
situation. Il veut arriver le plus rapidement possible à un consensus sur le
mur budgétaire, faire baisser le déficit, augmenter les recettes et établir un
plan d'attaque. Et il prend pour témoins les
millions d'américains qui ont voté pour lui en début de semaine.

"Mardi,
les Américains nous ont dit qu'ils n'accepteraient pas d'absence de compromis. Ils
veulent un consensus, du bon sens et de l'action. Je trouverai des partenaires
dans les deux partis pour faire avancer les choses." (Barack Obama)

Le président démocrate
va donc convier les chefs des deux partis à la Maison-Blanche dès la semaine
prochaine. Objectif : trouver un compromis, éviter le mur budgétaire et
s'attaquer à la baisse du déficit américain qui bat des records.

Faire
payer les plus riches

Barack
Obama a défini deux priorités pour le début de son second mandat : l'emploi et
la croissance. Il veut aussi baisser le déficit et augmenter les recettes. Mais
pas question de faire payer le prix des efforts à la classe moyenne, aux
étudiants ou aux personnes âgées.

"Si
le Congrès ne réussit pas à trouver accord avant la fin de l'année, les impôts
de chacun augmenteront au 1er janvier. Cela n'aurait aucun sens. Cela
ferait souffrir les familles, même celles qui gagnent moins de 250.000 dollars
par an." (Barack Obama)

La nouvelle cible de Barack Obama est toute désignée : les américains
les plus riches. C'est eux qui seront le plus mis à contribution.

Le président
démocrate n'a cependant pas précisé le montant de la hausse d'impôt pour les
ménages américains les plus aisés. Il attend sans doute de voir la teneur des
débats avec les chefs de file du Congrès la semaine prochaine à la
Maison-Blanche. 

Vous êtes à nouveau en ligne