Seine-Saint-Denis : un département en quête de reconnaissance

france 2

Les élus de Seine-Saint-Denis et la population du département attendent des annonces fortes d'Édouard Philippe. Le Premier ministre se rendra jeudi 31 octobre au matin à Bobiny pour suivre les annonces concernant la justice et l'éducation sur ce territoire, l'un des plus pauvres. 

Le département le plus pauvre de France concentre les problèmes de la banlieue des grandes villes. Les habitants expriment les mêmes priorités : "Ça fait 20 ans que j'habite ici, je demande un changement de domicile, j'attends, il n'y a pas de réponse", confie un habitant de Bondy (Seine Saint-Denis). La maire en est parfaitement consciente : "9 demandes de rendez-vous sur 10, c'est pour les logements, pour toute l'Ile-de-France, pas seulement à Bondy. Il y a cinq à six ans d'attente !", explique Sylvine Thomassin, maire de Bondy. 

De nombreux sujets de mécontentement

Pour Sylvine Thomassin, ses prédécesseurs et l'État n'ont pas assez construit. Elle a prévu d'interpeller le Premier ministre jeudi 31 octobre sur plusieurs sujets : "La Seine-Saint-Denis ne demande pas de discrimination positive, elle demande juste l'égalité, et le rapport parlementaire de mai 2018 montre bien qu'il n'y a pas l'égalité assurée dans ce département, en matière d'éducation, de sécurité, de justice et de santé".

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne