Rencontre avec Yazid Kherfi, l’ancien détenu qui aide les jeunes de banlieue

Brut

Interviewé le 11 septembre par Brut, Yazid Kherfi, ancien délinquant de Mantes-la-Jolie, aide les jeunes de sa cité à ne pas décrocher.

Un van de l’association "Médiations nomades" arpente tous les soirs les rues, notamment près de la cité du Val Fourré, à Mantes-la-Jolie, où vivent 20 000 personnes. Ce n’est autre qu’un abri, celui du médiateur tout-terrain de l’association, Yazid Kherfi. Cet abri sert à créer des liens entre personnes exclues ou en difficulté. "Je fais exactement ce que j’aurais aimé [avoir], c’est l’effet miroir", dit-il.

"Comme si la souffrance s’arrêtait la nuit"

Le soir, déplore-t-il, "à part les commissariats de police, il n’y a pas grand chose d’ouvert." "Beaucoup d’acteurs qui travaillent dans ces quartiers, poursuit-il, ne travaillent pas aux heures où peut-être la souffrance est la plus importante."

Ces personnes qu’il aide le soir, lui-même en faisait partie. Celui qui n’a pas été encadré par ses parents, "laissé pourrir au fond de la classe" par ses profs et délaissé par les psys et les éducateurs, a eu un déclic à un moment de sa vie : "À 31 ans, il y a des gens qui ont plutôt regardé mes qualités que mes défauts et ça, ça m'a vraiment changé". Yazid Kherfi n’a depuis eu cesse d’aider les personnes qui "continuent de tomber." "Ils feront toujours partie de la société, ajoute-t-il. On doit continuer à tendre la main à ces gens-là, (…) qu’ils aient l’impression que quelqu’un les aime, quoi."

Vous êtes à nouveau en ligne