Incidents à Bobigny et Argenteuil : l'affaire Théo prend un tournant politique

France 3

Le gouvernement a de nouveau appelé au calme ce lundi 13 février, mais les tensions en banlieue s'invitent maintenant dans la campagne présidentielle. À droite, les critiques visent le ministre de l'Intérieur. À gauche, on dénonce une récupération politique.

François Hollande, Bernard Cazeneuve et Bruno Leroux sur le pont pour tenter d'éviter un embrasement des banlieues. Dès ce lundi 13 février au matin, le Premier ministre, qui recevait à Matignon des associations anti-racistes, affirmait dans un communiqué que "l'émotion légitime suscitée par les événements d'Aulnay-sous-Bois ne saurait en rien justifier les violences inacceptables".

Bruno Le Roux appelle au calme

Parallèlement, le ministre de l'Intérieur lançait un appel au calme. "Cette manifestation était une manifestation pacifique où il y a eu malheureusement des débordements, débordements qui ont été pris en compte par nos forces de sécurité et j'appelle aujourd'hui au calme le plus complet", a déclaré Bruno Le Roux. Troisième volet de cette opération concertée de l'exécutif : le chef de l'État va envoyer cette semaine des messages aux jeunes des banlieues. La semaine dernière, François Hollande était au chevet de Théo et demain matin il sera en banlieue parisienne et rencontrera des policiers en fin de semaine.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne