VIDEO. Faut-il utiliser les statistiques ethniques pour lutter contre les discriminations en France ?

FRANCE 2

Le sujet des statistiques ethniques revient dans l’actualité. Mais en France, ces méthodes sont interdites, contrairement à de nombreux pays européens qui les autorisent.

En France, la collecte de données à caractère raciale est interdite et punie par 300 000 euros d’amende. Des exceptions sont néanmoins accordées par la CNIL, le gendarme de l’informatique, qui a par exemple autorisé une enquête sur la diversité en Ile-de-France. Pour cela, l’étude doit être anonyme et avoir un intérêt général : seuls des organismes publics comme l’INSEE peuvent les mener.

Préférer une approche sociale ?

Les statistiques ethniques sont-elles utiles ? Hélène Geoffroy, maire PS de Vaulx-en-Velin, dans le Rhône, ne le pense pas et préfère l’approche sociale pour lutter contre les inégalités, par exemple à l’école. Elle demande : "Qu’est-ce que cela me rapporterait de savoir que j’ai plus de gens qui seraient noirs ou blancs ou asiatique s’ils sont français ? Avec le simple chiffre de 35% d’élèves qui quittent l’école dès la troisième, je sais que j’ai un problème d’égalité sur le territoire". D’autres jugent la méthode indispensable pour mettre en place la discrimination positive.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne