Au Mondial, Hollande encourage la filière automobile française

(Philippe Wojazer Reuters)

Quelques heures avant l'ouverture au public du Mondial de l'Automobile, le président de la République était en visite sur le salon. Histoire d'apporter en personne son soutien aux constructeurs français. Des constructeurs qui pourront compter sur le gouvernement, promet François Hollande.

"Ma présence au salon, c'est une promotion, un encouragement à tous les constructeurs français qui innovent, cherchent, inventent des nouveaux styles, des nouveaux moteurs" , assure le président dans les couloirs du Mondial. "L'État continuera à les appuyer."  Un appui que François Hollande a rappelé, citant "le plan pour soutenir les véhicules hybrides et électriques" .

Peu de temps avant, le chef de l'État visitait les stands de Citroën, Peugeot et Renault, en compagnie des PDG de PSA et Renault, Philippe Varin et Carlos Ghosn. Avec un maître-mot : compétitivité. Un mot qui recoupe plusieurs réalités pour François Hollande. "La compétitivité, c'est aussi tout ce qui peut soutenir l'innovation et également le dialogue social dans les entreprises."

"Une vision, une stabilité, et un engagement de l'État sur cinq ans"

Sur les risques de délocalisation, le président promet aussi que "les constructeurs français, les équipementiers savent trop ce qu'ils doivent au marché français lui-même, ils ont besoin d'une localisation en France" . Plus globalement, le plan compétitivité de François Hollande sera adapté "année après année, pour qu'au terme du quinquennat, il puisse y avoir un écart en notre faveur en termes de compétitivité" .

Vous êtes à nouveau en ligne