VIDEO. Pour Alain Juppé, la manifestation du Trocadéro montre que "le noyau des militants LR s'est radicalisé"

FRANCEINFO

Le maire de Bordeaux a réagi au feuilleton autour de la candidature de François Fillon à la présidentielle. Il a refusé d'être le plan B de son camp.

L'expression devrait alimenter les conversations d'une droite en plein psychodrame. Dans une déclaration à la presse lundi 6 mars, Alain Juppé a analysé en ces termes le rassemblement de soutien à François Fillon : "Comme l'a montré la manifestation d'hier au Trocadero, le noyau des militants et sympathisants LR [Les Républicains] s'est radicalisé." Et le maire de Bordeaux d'analyser : "Une partie du centre que certains d'entre nous ont rudement stigmatisé nous a quitté."

L'ancien Premier ministre de Jacques Chirac a surtout expliqué les raisons qui l'ont décidé "une bonne fois pour toutes" à ne "pas être candidat à la présidentielle". Il a estimé notamment que le rassemblement était "devenu plus difficile encore" alors que François Fillon a décidé de se maintenir, malgré ses déboires judiciaires.

Il a ensuite souligné "l'obstination" de François Fillon à se maintenir.  Il a livré une charge contre le candidat de la droite à la présidentielle qui avait pourtant "un boulevard devant lui". "Le déclenchement de la justice à son encontre, son système de défense fondées sur la dénonciation d'un prétendu complot et d'une volonté d'assassinat politique ont conduit à une impasse", a-t-il dénoncé.

Vous êtes à nouveau en ligne