VIDEO. Sarkozy sur écoute : son avocat se défend et annonce qu'il porte plainte

Cette vidéo n'est plus disponible

Thierry Herzog explique qu'il redoutait "des écoutes illégales", "sauvages". Ayant traité les juges de "bâtards", il reconnaît qu'il a pu se "lâcher".

L'avocat de Nicolas Sarkozy, Thierry Herzog, a annoncé, jeudi 20 mars au micro d'Europe 1, qu'il déposerait une plainte pour violation du secret de l'instruction, après la publication par Mediapart d'extraits des écoutes judiciaires de conversations entre l'ancien président et lui.

Le conseil de l'ex-chef de l'Etat espère ainsi "identifier quels sont les auteurs de ces violations du secret de l'instruction". Et donc déterminer "qui a remis à Mediapart les rapports tronqués qui ont été ainsi publiés hier". "Et je pense qu'on devrait sans difficulté pouvoir identifier très facilement le ou les auteurs", a estimé Thierry Herzog.

"J'ai pu me lâcher"

Au passage, l'avocat s'est défendu et a mis implicitement en cause François Hollande. S'il a fait l'acquisition de ces téléphones portables pour discuter avec son client, c'est parce qu'il redoutait "des écoutes illégales", "sauvages". "Les écoutes de l’Élysée en d'autres temps, ça a existé", a-t-il relevé.

A propos des juges qu'il traite de "bâtards" : il a argué de conversations téléphoniques "privées" dans lesquelles il a pu se "lâcher". Enfin, quant au choix du pseudonyme de Paul Bismuth pour l'ex-chef de l'Etat, il a expliqué qu'il avait été fait "tout à fait par hasard".

Vous êtes à nouveau en ligne