VIDEO. Les affaires Sarkozy et Buisson, "je m'en fous", lâche Michèle Alliot-Marie

Cette vidéo n'est plus disponible

"C'est pas la politique", clame L'ancienne ministre UMP qui s'en est pris au traitement, selon elle, biaisé fait par les médias.

Pour Michèle Alliot-Marie, la mise sur écoute de Nicolas Sarkozy par la justice et les enregistrements de ses conversations faits secrètement par son conseiller Patrick Buisson n'ont pas "d'importance""Je m'en fous, c'est pas la politique", a tranché l'ancienne ministre UMP, dimanche 9 mars sur Canal+. "Ce qui m'intéresse c'est savoir comment les Français peuvent vivre un peu mieux", a assuré la première adjointe au maire de Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques), candidateaux européennes dans le Sud-Ouest.

Un "gâchis de la part des journalistes de parler de ça"

Michèle Alliot-Marie a dénoncé un "gâchis de la part des journalistes de parler de ça". Et elle s'en est prise au traitement, selon elle biaisé, des affaires par les médias. Lors du quinquennat Sarkozy, "il y a eu deux ou trois grosses affaires", a-t-elle calculé.

"Je crois avoir calculé qu'il y a une douzaine d'affaires dans lesquelles de hauts personnages socialistes, alors mêmes qu'on le savait, se sont trouvés mêlés. Il s'agit là d'escroquerie, de détournement de fonds publics", a-t-elle accusé. "Alors que ces affaires sont avérées - elles en sont au stade du jugement- pourquoi on en parle si peu, alors que l'on parle autant d'affaires" visant la droite, s'est demandé celle qui a dû quitter sous la pression le ministère des Affaires étrangères en février 2011 après une série de faux pas en pleine révolution tunisienne.

Vous êtes à nouveau en ligne