Isabelle Balkany sort libre de sa garde à vue pour une affaire d'emploi fictif

Isabelle Balkany, première adjointe au maire (UMP) de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), le 16 mars 2011 à Levallois-Perret. 
Isabelle Balkany, première adjointe au maire (UMP) de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), le 16 mars 2011 à Levallois-Perret.  (MARTIN BUREAU / AFP)

La première adjointe de Levallois-Perret, mise en examen dans une autre affaire, a été relâchée sans être présentée devant un juge, mercredi. 

L'élue UMP Isabelle Balkany a été placée en garde à vue mercredi 15 octobre dans une enquête ouverte sur des soupçons d'emploi fictif à la mairie de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), où elle est première adjointe. A la suite de cette garde à vue, qui a duré toute la journée, l'épouse du maire de LevalloisPatrickBalkany a été remise en liberté sans être déférée devant le juge d'instruction en charge du dossier et elle n'a donc pas été mise en examen. Elle a été interrogée par la Brigade de répression de la délinquance économique (BRDE), selon une source judiciaire.

En juillet 2012, le parquet de Paris avait ouvert une information judiciaire pour détournement de fonds publics. L'enquête porte notamment sur l'emploi à la mairie de Levallois-Perret entre 2006 et 2010 de Jean Testanière, dit "le Mage" et connu pour avoir été l'un des gérants de fait du cercle de jeux Wagram à Paris.

Isabelle Balkany mise en examen dans une autre affaire

Lors du procès des anciens dirigeants de ce cercle, qui avait révélé l'implication du banditisme corse dans son fonctionnement, Jean Testanière avait été condamné en novembre 2013 à deux ans de prison dont un avec sursis. Les audiences avaient révélé la personnalité de cet homme, à qui certains prêtent des pouvoirs divinatoires et qui a longtemps fréquenté des vedettes ou des décideurs politiques et économiques.

Dans ce dossier sur des soupçons d'emploi fictif, aucune personne n'a été mise en examen. Dans une autre affaire instruite à Paris par le juge Renaud van Ruymbeke, Isabelle Balkany a été mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale. L'enquête porte notamment sur les véritables propriétaires de deux villas où le couple Balkany réside régulièrement et d'éventuelles dissimulations au fisc.