Affaire Dassault : Bechter, maire de Corbeil-Essonnes, en garde à vue

Le sénateur UMP Serge Dassault (G) et l\'actuel maire de Corbeil-Essonnes, Jean-Pierre Bechter (D), le 11 novembre 2010 à Corbeil-Essonnes (Essonne).
Le sénateur UMP Serge Dassault (G) et l'actuel maire de Corbeil-Essonnes, Jean-Pierre Bechter (D), le 11 novembre 2010 à Corbeil-Essonnes (Essonne). (BERNARD GAUDIN / AFP)

Il est entendu dans le cadre d'une enquête sur des soupçons d'achat de votes.

Il est l'homme lige de Serge Dassault. Le maire UMP de Corbeil-Essonnes (Essonne), Jean-Pierre Bechter, a été placé en garde à vue mercredi 15 janvier dans l'enquête sur les soupçons d'achat de votes dans la ville.

Le Sénat a refusé de lever l'immunité parlementaire de Serge Dassault le 8 janvier. Mais cela ne semble pas émousser la détermination des deux magistrats parisiens qui s'intéressent aux municipales de 2008, 2009 et 2010. Jean-Pierre Bechter a succédé à Serge Dassault à la mairie de Corbeil-Essonnes en 2010, après une succession de scrutins invalidés. 

D'autres gardes à vue

Le maire de Corbeil est entendu dans les locaux du nouvel office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales, à Nanterre. "C'est une satisfaction pour Jean-Pierre Bechter de pouvoir répondre aux enquêteurs, car le maire de Corbeil-Essonnes fait totalement confiance à la justice pour établir la vérité", fait valoir son entourage.

Selon une source proche du dossier, une adjointe à la mairie de Corbeil, Cristela de Oliveira, a également été placée en garde à vue. Les enquêteurs devraient l'interroger sur le versement par Dassault de quelque 12 000 euros destinés à un financement politique dépassant le cadre légal lorsqu'elle avait affronté Manuel Valls aux législatives. Plusieurs autres gardes à vue seraient en cours.

Vous êtes à nouveau en ligne