Le ministre du Budget dément avoir eu un compte en Suisse

Jérôme Cahuzac, ministre délégué chargé du Budget, lors d\'une conférence de presse à Paris, le 20 novembre 2012.
Jérôme Cahuzac, ministre délégué chargé du Budget, lors d'une conférence de presse à Paris, le 20 novembre 2012. (CITIZENSIDE.COM / AFP)

Jérôme Cahuzac l'aurait fermé en 2010 avant de devenir président de la commission des finances de l'Assemblée nationale, selon Mediapart.

POLITIQUE - Le ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, est un ardent défenseur de la lutte contre "la fraude et l'optimisation fiscale". Pourtant, il aurait possédé un compte en Suisse, assure Mediapart (liens abonnés), mardi 4 décembre. Francetv info récapitule les dernières informations.

Que sait-on de l'affaire ?

Jérôme Cahuzac "a détenu pendant de longues années un compte bancaire non déclaré à l'Union des banques suisses (UBS) de Genève", affirme Mediapart. Le site assure disposer de "nombreux témoignages" et "éléments documentaires probants" qu'il ne cite pas directement.

Mediapart indique que l'ancien chirurgien aurait clôturé ce compte "début 2010, quelques jours avant qu'il ne devienne président de la commission des finances de l'Assemblée nationale""Les avoirs auraient été ensuite déplacés vers un autre paradis fiscal", "à l'UBS de Singapour par le truchement d'un complexe montage financier offshore", précise le site, citant "des sources informées du dossier"

Mediapart assure par ailleurs que le fisc avait connaissance de ce compte depuis 2008, mais aucune procédure n'avait été engagée.

Comment a réagi Jérôme Cahuzac ?

De son côté, le ministre dément formellement. "Je n'ai pas de compte en Suisse et n'en ai jamais eu", a-t-il lancé à Mediapart. "Il est clair que si vous publiez ça, j'attaquerai", a-t-il prévenu.

Des menaces réitérées sur Twitter, qu'il a aussitôt mises à exécution : "Une plainte au pénal contre l'auteur de l'article et son directeur de publication sera déposée dans les plus brefs délais pour diffamation", écrit le ministre dans un communiqué dont des extraits ont été diffusés par un journaliste sur la plateforme de micro-blogging"J'invite avec force l'ensemble des médias à ne pas reprendre des propos diffamatoires portant gravement atteinte à mon honneur. Je me réserve le droit de poursuivre tous ceux qui colporteraient ces élucubrations", ajoute-t-il.

L'Express.fr affirme par ailleurs que Jérôme Cahuzac a prévenu Jean-Marc Ayrault avant la publication de l'article. "Il était logique qu'il en informe le Premier ministre", affirme un proche du ministre cité par le site, "et qu'il démente les faits supposés en s'engageant sur l'honneur. S'il avait eu un compte en Suisse, il aurait démissionné sur le champ, ça n'aurait servi à rien de faire durer le supplice."

Comment la classe politique a-t-elle réagi ?

Pour l'heure, seul l'ancien ministre du Budget Eric Woerth a réagi aux informations de Mediapart. Celui qui occupait le poste de Jérôme Cahuzac au moment où le fisc aurait été informé du dossier a démenti avoir été averti de la situation. "Je démens catégoriquement avoir reçu un courrier de cette nature", a-t-il affirmé à L'Express.fr.

Vous êtes à nouveau en ligne