Jérôme Cahuzac sur son retour à l'Assemblée : "Je n'ai pas encore pris ma décision"

L\'ex-ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, le 2 avril 2013, avant son audition par des juges du pôle financier, à Paris.
L'ex-ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, le 2 avril 2013, avant son audition par des juges du pôle financier, à Paris. (MARTIN BUREAU / AFP)

Interrogé au téléphone par "La Dépêche du Midi", l'ex-ministre du Budget s'exprime pour la première fois dans la presse depuis ses aveux. Traqué par les photographes, l'homme politique déchu raconte déménager "tous les deux jours".

C'est la première fois qu'il s'exprime directement dans la presse depuis ses aveux retentissants : Jérôme Cahuzac s'est entretenu par téléphone avec un journaliste de La Dépêche du Midi, jeudi 11 avril. Il explique qu'il n'a "pas encore pris sa décision" concernant son éventuel retour à l'Assemblée nationale, où il peut toujours prétendre à son siège de député du Lot-et-Garonne.

Alors que l'ex-ministre a évoqué auprès du président de l'Assemblée, Claude Bartolone, et de son suppléant, Jean-Claude Gouget, la possibilité d'un retour dans l'hémicycle, la classe politique, François Hollande au premier chef, est unanime pour rejeter cette éventualité. Le principale intéressé s'est contenté de déclarer à La Dépêche qu'il était "trop tôt" pour annoncer une décision. Il a jusqu'au 19 avril pour se prononcer.

"Je déménage tous les deux jours"

Le ministre revient aussi brièvement sur sa vie d'homme politique déchu et traqué : "Je déménage tous les deux jours, pour fuir la pression", raconte Jérôme Cahuzac. Selon La Dépêche, le ministre loge chez des proches, "deux jours en Normandie, deux jours en Bretagne, cette semaine sur les bords du bassin d'Arcachon". "Je m'étonne même de la capacité de géolocalisation que certains déploient pour suivre ma trace !", précise l'ex-ministre.

Un bruit qui court veut qu'il cherche une maison à Agen ? "Il serait du dernier comique que la rumeur m'annonce candidat aux municipales à Agen", lâche dans un sourire l'ancienne étoile montante du parti socialiste.

Vous êtes à nouveau en ligne