DIRECT. Affaire Cahuzac : "Je ne suis évidemment au courant de rien", déclare Valls face aux déclarations de l'ancien ministre

Le Premier ministre, Manuel Valls, à la 84e Foire européenne de Strasbourg, le 2 septembre 2016.
Le Premier ministre, Manuel Valls, à la 84e Foire européenne de Strasbourg, le 2 septembre 2016. (BETZINGER DAVID/SIPA)

A l'ouverture de son procès, lundi, Jérôme Cahuzac a déclaré que son premier compte ouvert en Suisse avait servi à financer l'activité politique de Michel Rocard, en 1992 et 1993.

Le Premier ministre Manuel Valls s'est dit, mardi 6 septembre sur RTL,"triste", et même "dégoûté" des déclarations de l'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac.

L'ancien ministre du Budget a affirmé, au premier jour de son procès lundi, avoir ouvert un compte en Suisse en 1992 pour "financer" le courant politique de Michel Rocard, mort cet été. Le procès est interrompu ce mardi, mais reprend mercredi 7 septembre à 9 heures, au tribunal de Paris.

 Un compte en Suisse pour financer Michel Rocard. "J'ai demandé à Philippe Péninque d'ouvrir un compte en Suisse en 1992 (...). Ce compte, c'est du financement d'activités politiques pour un homme dont j'espérais qu'il aurait un destin politique national", a révélé le ministre déchu au premier jour de son procès lundi pour fraude fiscale, précisant qu'il s'agissait d'un financement pour Michel Rocard. Lequel ne peut pas répondre, puisqu'il est mort il y a deux mois.

Deux versements des laboratoires Pfizer. L'ex-ministre du Budget a déclaré que "deux versements des laboratoires Pfizer" effectués en 1993 sur son compte en Suisse étaient aussi destinés au financement d'activités politiques au profit de Michel Rocard.

Vous êtes à nouveau en ligne