Christine Lagarde à nouveau entendue dans l'affaire Tapie

Christine Lagarde, le 2 juillet 2014, à Washington (Etats-Unis).
Christine Lagarde, le 2 juillet 2014, à Washington (Etats-Unis). (JIM WATSON / AFP)

C'est la quatrième fois que la patronne du FMI passe devant les magistrats de la Cour de justice de la République.

Christine Lagarde commence à bien connaître les magistrats de la Cour de justice de la République (CJR). La directrice du Fonds monétaire internationale (FMI) y est entendue, mardi 26 août, pour la quatrième fois depuis le début de l'enquête sur l'arbitrage entre Bernard Tapie et le Crédit lyonnais, a indiqué une source judiciaire, confirmant une information d'i-Télé.

Christine Lagarde avait été placée en mai 2013 sous le statut de témoin assisté, statut intermédiaire entre celui de simple témoin et celui de mis en examen. Elle avait alors évité une mise en examen qui l'aurait sans doute contrainte à quitter ses fonctions au FMI. Depuis, l'institution internationale a toujours assuré Christine Lagarde de son soutien.

Une lettre au cœur de l'audition

Les magistrats de la CJR souhaiteraient interroger Christine Lagarde au sujet d'une lettre datée du 23 octobre 2007, cruciale dans la décision de recourir à l'arbitrage privé pour solder le litige opposant l'homme d'affaires au Crédit lyonnais lorsqu'elle était ministre de l'Economie. Ce courrier, l'une des seules instructions écrites de la ministre, semble avoir été signé par la "griffe", signature pré-imprimée utilisée en son absence.

Selon les informations d'i-Télé, cette audition "ne devrait être qu'une formalité, les magistrats souhaitant seulement lui demander quelques précisions avant de clôturer leur instruction et transmettre leur dossier au procureur général de la Cour de cassation". Elle ne devrait ainsi pas être mise en examen.

Vous êtes à nouveau en ligne