Bernard Tapie au 20 heures... en 1998

France 2/INA

L'homme d'affaires était (aussi) l'invité du journal de France 2 il y a quinze ans. Il y parlait de ce qu'il avait ressenti en prison, de son yacht, d'une justice à deux vitesses. Et bien sûr, de football.

Yacht, prison, justice, football, livre et religion... Ce sont les thèmes abordés lors du passage au 20 heures de France 2 de Bernard Tapie, le 2 juillet 1998. Il y a quinze ans, jour pour jour.

Le 2 juillet 1998 la cour de cassation a rejeté le pourvoi de l'homme d'affaires, condamné à 18 mois de prison, dont 12 avec sursis, pour fraude fiscale. Théoriquement, après l'affaire OM-VA, Bernard Tapie pourrait donc retourner en prison.  

L'ancien ministre de la Ville publie alors un livre ("Librement", aux éditions Plon), qui lui donne l'occasion de venir s'expliquer sur le plateau du 20 heures, face à Daniel Bilalian. A l'époque, il n'est pas question d'arbitrage, mais les thèmes abordés sont quasiment les mêmes que ceux évoqués face à David Pujadas, le 1er juillet 2013.

Devant Daniel Bilalian, calmement, Bernard Tapie argumente : comment la prison l'a changé, comment son yacht, le Phocéa, "est immatriculé sous pavillon français". Pas de "complot" il y a quinze ans mais,l'homme d'affaires estime qu'il s'est retrouvé face à "une volonté de montrer qu'il avait tous les péchés du monde après avoir eu toutes les qualités".

Un entretien qui se tient la veille de la demi-finale de la Coupe du monde, qui oppose la France à l'Italie. L'ancien président de l'OM explique alors que "toute la charnière centrale est marseillaise, et Marseille a toujours battu les Italiens."

Vous êtes à nouveau en ligne