Richard Ferrand : condamnation unanime après l’incendie

Voir la vidéo

L’acte criminel ne fait aucun doute : la maison de Richard Ferrand, dans le Finistère, a bien été l’objet d’une tentative d’incendie. La classe politique a condamné unanimement.

À l’arrière de la maison, c’est une planche de bois qui masque les dégâts. Le feu est parti de l’intérieur, faisant exploser la porte-fenêtre, mais sans se répandre dans toute la maison, limitant les dégâts. Richard Ferrand a posté lui-même des photos de la maison avant de tweeter : "Rien ne justifie les intimidations, rien ne justifie les violences et les dégradations", dit-il. Pour le procureur de la République, la piste criminelle ne fait aucun doute, et les habitants sont choqués. "Quoi qu’on pense, ce ne sont pas des choses qui se font", dit une femme. "C’est aberrant, il faut laisser les gens en paix", s’insurge un autre homme.

Les violences se multiplient contre les élus

Emmanuel Macron a exprimé aussi "toute sa solidarité" envers Richard Ferrand et ses proches, à l’image de toute la classe politique, mais parfois sous des tonalités différentes.
"Ce sont des faits qui sont graves et tout à fait inadmissibles" a dit Marine Le Pen. "Ce qui est préoccupant, ce n’est pas seulement Richard Ferrand, c’est ce climat de violence. Et ce que je regrette, c’est que les paroles d’écoute, si elles avaient eu lieu avant, on n’en serait pas là", a déclaré Laurent Wauquiez, le patron des Républicains.
Des violences qui se multiplient depuis deux mois à l’encontre des députés en Marche, parfois revendiquées par les "gilets jaunes". Richard Ferrand a porté plainte.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne