DIRECT. Affaire Ferrand : le porte-parole du gouvernement écarte l'hypothèse d'une démission malgré l'ouverture d'une enquête

Le secrétaire général d\'En marche!, Richard Ferrand, lors d\'une conférence de presse sur les législatives, le 11 mai 2017.
Le secrétaire général d'En marche!, Richard Ferrand, lors d'une conférence de presse sur les législatives, le 11 mai 2017. (ERIC FEFERBERG / AFP)

"Si Richard Ferrand est mis en examen, il sera immédiatement démis de ses fonctions", a assuré Christophe Castaner sur LCI. 

"Cette enquête est une bonne nouvelle, on sort enfin du débat moral". Voilà comment Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, analyse l'ouverture d'une enquête préliminaire visant  Richard Ferrand. "Si Richard Ferrand est mis en examen, il sera immédiatement démis de ses fonctions", a ajouté sur LCI, jeudi 1er juin, le Secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le Parlement. De son côté, Emmmanuel Macron, en déplacement dans le Morbihan, s'est refusé à faire tout commentaire. Cette enquête, ouverte par le parquet de Brest, "ne change rien aux règles fixées" par le Premier ministre, a ajouté l'entourage d'Edouard Philippe. 

Suivez les réactions politiques après ce nouveau rebondissement dans notre direct. 

Le parquet de Brest ouvre une enquête préliminaire. "Après analyse des éléments complémentaires (...), j'ai décidé de saisir ce jour la direction interrégionale de la police judiciaire de Rennes d'une enquête préliminaire", indique le procureur, Eric Mathais, dans un communiqué, au lendemain de l'annonce du dépôt d'une plainte contre X dans cette affaire auprès du parquet de Brest par l'association anticorruption Anticor.

Une enquête pour savoir s'il y a eu infraction. "Cette enquête aura pour but de recueillir tout élément permettant une analyse complète des faits et de rechercher si ceux-ci sont susceptibles ou non de constituer une infraction pénale en matière d'atteintes aux biens, de manquements au devoir de probité et aux règles spécifiques du code de la mutualité", précise encore le parquet de Brest dans son communiqué.

Vous êtes à nouveau en ligne