Jean-Pierre Jouyet dit qu'il ne savait pas qu'il était enregistré par les journalistes du "Monde"

Jean-Pierre Jouyet et François Fillon à la sortie de l\'Elysée, le 12 novembre 2008.
Jean-Pierre Jouyet et François Fillon à la sortie de l'Elysée, le 12 novembre 2008. (GERARD CERLES / AFP)

La méthode des journalistes du "Monde" est également épinglée par le camp Fillon. 

Quand Jean-Pierre Jouyet a confirmé aux journalistes du Monde le contenu de son déjeuner avec François Fillon, il ne savait pas qu'il était enregistré. C'est en tout cas, selon le Journal du Dimanche du dimanche 16 novembre, ce qu'aurait expliqué Jouyet à l'Elysée.

La méthode des journalistes est aussi pointée par l'ancien Premier ministre, toujours selon le JDD. L'avocat de François Fillon affirme que le duo de journalistes Davet-Lhomme n'a envoyé qu'un unique SMS à son client pour solliciter sa version des faits. Un simple "Bonjour, nous souhaiterions toujours rencontrer M. Fillon est-ce possible ?"  envoyé à l'assistante de l'ancien Premier Ministre depuis son déjeuner du 24 juin avec Jean-Pierre Jouyet.

Fillon envisagerait des suites judiciaires contre les journalistes, s'estimant "victime de méthodes déloyales". A l'Elysée, Jean-Pierre Jouyet aurait lui affirmé qu'il ne savait pas qu'il était enregistré par Gérard Davet et Fabrice Lhomme, en tout cas "pas pendant la discussion sur le déjeuner Fillon".

58% d'opinions négatives contre François Fillon

Si la défense de François Fillon estime que Jean-Pierre Jouyet a "forcément" été enregistré "à son insu", le co-président par intérim de l'UMP devrait tout de même, toujours selon le JDD, déposer trois plaintes en diffamation contre son ancien ministre et ami, concernant notamment le communiqué dans lequel le secrétaire général de l'Elysée avouait, dimanche 9 novembre, qu'il avait été question des pénalités de l'UMP lors du déjeuner entre les deux hommes.

La réputation de François Fillon a été fortement atteinte par cette affaire, comme le révèle un sondage publié ce dimanche dans le Parisien : 58% des Français ont une opinion négative de lui, contre 49% lors d'une enquête similaire l'an dernier. Son horizon apparaît bien sombre pour 2017, puisque seuls 8% des personnes interrogées souhaitent le voir représenter la droite à la prochaine présidentielle, un chiffre qui tombe à 4% chez les sympathisants de l'UMP.

Vous êtes à nouveau en ligne