Affaire Bettencourt : l'avocat de Sarkozy perquisitionné dans une enquête pour "trafic d'influence"

Thierry Herzog, avocat de Nicolas Sarkozy, le 25 avril 2013 à la cour d\'appel de Bordeaux. 
Thierry Herzog, avocat de Nicolas Sarkozy, le 25 avril 2013 à la cour d'appel de Bordeaux.  (MEHDI FEDOUACH / AFP)

L'avocat Thierry Herzog et Gilbert Azibert, magistrat à la Cour de cassation, sont au cœur d'une information judiciaire ouverte contre X pour "trafic d'influence".

Une nouvelle affaire embarrassante pour Nicolas Sarkozy ? Une information de L'Express, publiée mercredi 5 mars et confirmée par l'AFP, évoque une enquête ouverte contre X pour "trafic d'influence" qui concernerait l'avocat général à la Cour de cassation Gilbert Azibert, l'avocat Thierry Herzog et Nicolas Sarkozy. Des perquisitions ont été menées, mardi, à Paris et sur la Côte d'Azur, aux domiciles et dans les locaux professionnels de Gilbert Azibert et chez Thierry Herzog, avocat de l'ancien président de la République

Que cherche la justice ?

L'enquête se pencherait sur les liens entre l'avocat de Nicolas Sarkozy et Gilbert Azibert. Il s'agirait de savoir si l'ancien président et son conseil "ont tenté de s'assurer en toute discrétion le soutien de [Gilbert Azibert] alors que la Cour s'apprête à rendre, le 11 mars, un arrêt très attendu", détaille l'hebdomadaire. 

La Cour de cassation doit se prononcer sur la validité de l'expertise médicale dans le volet "abus de faiblesse" de l'affaire Bettencourt. Nicolas Sarkozy et Eric Woerth, accusés d'abus de faiblesse sur la milliardaire, contestent la décision de la cour d'appel de Bordeaux, qui a validé fin septembre une pièce clé du dossier : l'expertise médicale concluant à l'état de vulnérabilité de l'héritière de L'Oréal.

Que signifie l'ouverture d'une enquête par un juge ?

Selon L'Express, les perquisitions effectuées sous l'autorité du nouveau parquet national financier ne prouvent pas la culpabilité des trois hommes. En revanche, l'ouverture d'une enquête, conduite par la juge Patricia Simon, indique que la justice possède suffisamment de preuves pour entamer des investigations poussées.

Vous êtes à nouveau en ligne