Carla Bruni-Sarkozy joue la carte de l'émotion dans l'affaire Bettencourt

Carla Bruni-Sarkozy, lors de la cérémonie allemande des Echo Music Awards, le 21 mars 2013 à Berlin (Allemagne). 
Carla Bruni-Sarkozy, lors de la cérémonie allemande des Echo Music Awards, le 21 mars 2013 à Berlin (Allemagne).  (JENS KALAENE / DPA / AFP)

L'ex-Première dame a brièvement abordé la mise en examen de son époux, Nicolas Sarkozy, lors de plusieurs entretiens accordés pour la promotion de son album. 

"Je ne ferai pas de commentaire sur l'actualité." Carla Bruni-Sarkozy devait assurer la promotion de son album, dans un entretien au Figaro, mercredi 27 mars. Interrogée sur la mise en examen de Nicolas Sarkozy dans l'affaire Bettencourt, elle a d'abord refusé de répondre, avant d'assurer la défense de son mari. Francetv info analyse ses trois dernières sorties médiatiques. 

1Montrer ses blessures et son émotion

Le Parisien l'a décrite comme "visiblement émue". "Ma famille et moi, nous le vivons comme une épreuve très douloureuse. C'est très difficile de ne pas en parler mais c'est tout aussi difficile d'en parler", explique-t-elle. Même émotion, même phrase dans un autre entretien, accordé cette fois au Parisien. "C’est douloureux d’en parler et aussi douloureux de ne pas en parler. C’est douloureux pour la famille (elle essuie une larme). Pardonnez-moi…" Même déclaration, encore, au micro de RTL : "C'est un peu une épreuve pour moi d'en parler, c'est douloureux en fait pour ma famille. Je ne souhaite pas en parler."

2Prendre le lecteur-auditeur à partie

Au-delà de l'émotion, Carla Bruni-Sarkozy a défendu à deux reprises un argument déjà avancé par Henri Guaino, l'ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy. "C'est impensable d'imaginer qu'un homme comme lui puisse abuser de la faiblesse d'une dame qui a l'âge de sa mère", explique-t-elle au Parisien. Une phrase répétée mot pour mot sur les ondes de RTL. Cet argument avait également été avancé par Claude Guéant, l'ancien secrétaire général de l'Elysée.

3Se montrer prête à en découdre

"[Nicolas Sarkozy] est serein et combatif. On va tout faire pour que la vérité éclate", explique Carla Bruni-Sarkozy. Rien de nouveau, donc. L'ancien président de la République avait déjà écrit sur Facebook : "Je vais consacrer toute mon énergie à démontrer ma probité et mon honnêteté. La vérité finira par triompher." Enfin, la chanteuse laisse entendre qu'elle en garde sous le pied, tantôt sur RTL ("j'ai envie [de sortir les griffes], mais j'ose pas), tantôt dans Le Figaro : ("j'enrage de ne pas pouvoir m'exprimer")

Vous êtes à nouveau en ligne