Bettencourt : Taubira interpellée sur les liens entre le juge Gentil et une experte

La ministre de la Justice, Christiane Taubira, le 7 mai 2013, à l\'Elysée, à Paris.
La ministre de la Justice, Christiane Taubira, le 7 mai 2013, à l'Elysée, à Paris. (MARTIN BUREAU / AFP)

Des avocats, dont celui de Nicolas Sarkozy, demandent à la ministre de la Justice de saisir l'Inspection des services judiciaires.

Ils ont déjà interpellé le parquet de Bordeaux vendredi 31 mai. Douze avocats, représentant sept mis en examen dans l'affaire Bettencourt, dont Nicolas Sarkozy, Eric Woerth ou Stéphane Courbit, ont demandé lundi à Christiane Taubira de saisir l'Inspection générale des services judiciaires à propos du lien entre le juge Gentil et une experte, a-t-on appris de source proche du dossier.

Jeudi, Le Parisien / Aujourd'hui en France avait indiqué que le magistrat était un proche d'une des médecins à l'origine de l'expertise qui fait remonter l'affaiblissement mental de la milliardaire à septembre 2006. Cette évaluation constitue une pièce maîtresse dans les différentes mises en examen pour "abus de faiblesse". 

Outre le fait que la professeure Sophie Gromb aurait été témoin au mariage des Gentil en 2007, les avocats évoquent à nouveau dans leur courrier ses honoraires, qualifiés d'importants, sa spécialité de médecin légiste, pas adaptée selon eux à une telle expertise, ainsi que les déclarations des deux cojuges d'instruction, qui ont affirmé à la presse qu'elles n'étaient pas au courant des liens entre le magistrat et la médecin.

Sarkozy resterait mis en examen, selon Mediapart

En raison de ces faits nouveaux, les avocats ont demandé un deuxième report d'une audience devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Bordeaux, prévue jeudi, et destinée à examiner les éventuelles nullités du dossier. Selon une source proche de l'enquête, le parquet général de Bordeaux devrait rejeter les demandes d'annulation de cette expertise émises par plusieurs avocats des mis en examen. 

Par ailleurs, il ne devrait pas non plus requérir l'annulation de la mise en examen de Nicolas Sarkozy, a indiqué le site d'information Mediapart (article pour abonnés), qui s'est procuré le réquisitoire du parquet général. L'avocat de l'ancien président de la République, Me Thierry Herzog, avait également mis en doute les conclusions de l'expertise médicale.