Procès Balkany : "Isabelle est devenue un bouc émissaire qui représente le pire du monde politique", selon son avocat

Me Pierre-Olivier Sur, le 16 octobre 2015 à Paris.
Me Pierre-Olivier Sur, le 16 octobre 2015 à Paris. (AURELIEN MORISSARD / MAXPPP)

"Elle n’a tué ni père, ni mère", assure l'avocat d'Isabelle Balkany, toujours hospitalisée dans une clinique psychiatrique après sa tentative de suicide, alors que le procès du couple s'ouvre lundi au tribunal correctionnel de Paris.

"Elle ne va pas bien, elle va même très mal", réagit Pierre-Olivier Sur, l'avocat d'Isabelle Balkany, en exclusivité lundi 13 mai sur franceinfo et France Inter, jour du procès des époux Balkany au tribunal correctionnel de Paris. Le maire LR de Levallois-Perret, Patrick Balkany, et son épouse, Isabelle, sont poursuivis dans deux dossiers : fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale aggravée. Mais la tenue du procès reste incertaine après la tentative de suicide d’Isabelle Balkany le 1er mai dernier. Depuis, elle se trouve dans une clinique psychiatrique.

"Elle est devenue un bouc émissaire"

La justice reproche notamment au couple Balkany d'avoir dissimulé au fisc plus de 13 millions d'euros via des sociétés off-shore et des propriétés non déclarées à Marrakech et à Saint-Martin. Mais, "Isabelle Balkany n’est même pas poursuivie pour détournement de fonds publics, ou pour corruption, ou même pour complicité de ces délits", assure son avocat. "Elle n’a tué ni père, ni mère. Et puis, elle est devenue un bouc émissaire, qui représente aux yeux de l’opinion le pire du monde politique".

Et voilà que pour une fraude fiscale, il faut qu’elle tente de mettre fin à sa vie, parce que c’est devenu insupportable. Insupportable, sur tous les réseaux sociaux, les propos orduriers et antisémites. Les seaux de vomi qu’elle reçoit à la gueule tous les jours !Me Pierre-Olivier Surà franceinfo

Isabelle Balkany "va tout faire pour être à l’audience", assure son avocat. "En dépit de toutes ces attaques subies, elle a toujours été solidaire, fidèle et amoureuse de son mari et ce jusque dans le pire de l’épreuve". En dehors du couple Balkany, cinq autres personnes doivent être jugées pendant six semaines, également pour blanchiment de fraude fiscale.

Vous êtes à nouveau en ligne