Maintien en détention de Patrick Balkany : une décision "assez incompréhensible" et "contradictoire", selon l'un de ses avocats, Antoine Vey

Patrick Balkany avec son avocat Antoine Vey en mai 2019. 
Patrick Balkany avec son avocat Antoine Vey en mai 2019.  (THOMAS PADILLA / MAXPPP)

L'un des avocats de Patrick Balkany a réagi au maintien en détention de son client. 

L'un de deux avocats du maire (LR) de Levallois-Perret, Patrick Balkany, Maître Antoine Vey, ne "s'explique pas" la décision de maintenir en détention son client rendue mercredi 13 novembre. Il l'estime "contradictoire" avec la première décision qui avait autorisé Patrick Balkany à recouvrer la liberté, sous réserve qu'il paye une caution de 500 000 euros, une somme qu'il n'a pu réunir. Interrogé par France Culture, l'avocat estime que cette décision est "assez incompréhensible".

"Je ne m'explique pas cette décision, a indiqué Antoine Vey. La cour a estimé qu'il y aurait un risque de pressions sur des témoins, en l'occurrence le fils de M. Balkany et deux autres témoins qui ont fait l'objet d'une relaxe définitive dans le volet corruption. Et ce risque-là justifierait qu'on maintienne monsieur Balkany en détention ? Donc, évidemment, on n'est pas d'accord avec cette analyse. C'est celle de la cour", poursuit l'avocat. 

Vers une nouvelle demande de remise en liberté

"Cette décision paraît aussi contradictoire avec l'autre décision. Mais on est dans une position difficile, puisque les juges qui ont rendu cette décision sont aussi ceux qui vont juger M. Balkany sur le fond", a rajouté Antoine Vey.

Incapable de réunir la caution nécessaire à sa remise en liberté, Patrick Balkany n'aurait de toute façon pas pu retrouver la liberté dès mercredi. "Non, mais il y a quand même quelque chose de très différent entre quelqu'un qu'on remet en liberté sous caution et quelqu'un qu'on maintien en détention, a expliqué son avocat. Son autre avocat, Eric Dupond-Moretti, a pour sa part indiqué à l'AFP qu'il allait déposer "immédiatement" une nouvelle demande de remise en liberté pour Patrick Balkany.

Vous êtes à nouveau en ligne