"C'est le minimum" : après leur condamnation, un candidat à la mairie de Clichy exige la démission des époux Balkany

Les époux Balkany, lors d\'un conseil municipal à Levallois-Perret, le 15 avril 2019.
Les époux Balkany, lors d'un conseil municipal à Levallois-Perret, le 15 avril 2019. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Didier Schuller, ancien proche du couple, estime que si Isabelle Balkany continue à être maire par intérim de Levallois-Perret, "cela donne une image de république bananière".

Il est "inimaginable" que les époux Balkany puissent continuer à "prétendre vouloir diriger la ville de Levallois", a réagi Didier Schuller, ancien conseiller général de Clichy, candidat à la mairie de la ville, et ancien proche du couple, après la condamnation des époux Balkany.

Comment réagissez-vous à cette peine ?

Didier Schuller : Il ne m'appartient pas de réagir au travail d'un tribunal. J'observe simplement que la vraie question qui se pose aujourd'hui est de savoir si les époux Balkany vont continuer à prétendre vouloir diriger la ville de Levallois, et éventuellement se présenter aux élections municipales de mars prochain. Quand on est condamné pour blanchiment aggravé, je crois que la dignité ce serait d'abandonner aujourd'hui même leurs fonctions électives.

Ils devraient se retirer ?

C'est évident. C'est le minimum qu'ils puissent faire. Notamment madame Balkany, qui vient d'être condamnée à quatre ans de prison ferme et qui veut continuer à être maire de Levallois par intérim. Ça donne une image de république bananière, c'est absolument épouvantable par rapport au principe même de démocratie française.

Sa position sera intenable au conseil municipal ?

Non, puisqu'elle est majoritaire ! Ça n'est pas le problème du conseil municipal. C'est le problème de la morale publique, de la dignité d'un pays comme la France. Est-ce qu'on peut, quand on vient d'être condamnée à quatre ans de prison ferme pour blanchiment aggravé de fraude fiscale, prétendre vouloir continuer à diriger une ville et prétendre vouloir se représenter aux élections municipales dans six mois ?

Rien ne le leur interdit tant qu'ils font appel...

Alors, il appartient peut-être au pouvoir exécutif d'en tirer les conséquences. [...] Le pouvoir exécutif a la possibilité de mettre fin à ce scandale.

Vous voudriez qu'Emmanuel Macron intervienne ?

C'est le rôle de l'exécutif, éventellement. Il y a des motivations très précises en la matière. Ça arrive rarement, mais le phénomène Balkany est plutôt rare.

En tout cas, l'avenir de Levallois se fait désormais sans les Balkany ?

C'est inimaginable de penser que deux élus, le maire et sa première adjointe, qui est actuellement maire par intérim, puissent continuer à gérer une commune de 65 000 habitants alors qu'ils ont été condamnés à plusieurs années de prison ferme l'un et l'autre. Ça n'est pas une opinion partisane, mais celle d'un démocrate, de quelqu'un qui respecte les lois de la République.

Vous êtes à nouveau en ligne