DIRECT. "Mme Balkany espère venir la semaine prochaine", confie l'un des avocats du couple à la sortie de l'audience

Patrick Balkany, maire de Levallois-Perret, au tribunal de Paris, le 13 mai 2019.
Patrick Balkany, maire de Levallois-Perret, au tribunal de Paris, le 13 mai 2019. (BENOIT TESSIER / REUTERS)

Après une première semaine d'audience consacrée aux soupçons de fraude fiscale, le deuxième volet du procès des élus de Levallois-Perret s'ouvre lundi au tribunal de Paris.

Le procès à Paris des époux Balkany reprend, lundi 20 mai, pour cinq semaines consacrées aux accusations de blanchiment et de corruption. Des dossiers plus lourds et plus complexes que le premier volet de fraude fiscale, évoqué la semaine précédente. Patrick et Isabelle Balkany, maire et première adjointe de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), sont jugés dans deux procédures en grande partie imbriquées, que le tribunal correctionnel a décidé d'examiner l'une après l'autre.

Des avoirs dissimulés au fisc ? Les élus LR sont jugés notamment pour "blanchiment aggravé de fraude fiscale aggravée". Le couple Balkany est poursuivi pour avoir dissimulé au fisc plus de 13 millions d'euros d'avoirs entre 2007 et 2014, à l'aide de savants montages offshore. En particulier deux somptueuses propriétés déjà évoqués dans le premier volet : le riad de Marrakech, dont ils nient être propriétaires, et la villa Pamplemousse, à Saint-Martin.

Quatre autres prévenus entrent en scène. Outre le couple Balkany, quatre autres prévenus sont concernés par ce dossier. Le promoteur Al Jaber est soupçonné de corruption active : il aurait réglé une partie du prix de la villa de Marrakech en échange de délais de paiement supplémentaires dans un juteux marché immobilier à Levallois. Ce qui vaut à Patrick Balkany d'être jugé également pour corruption passive. Jean-Pierre Aubry et Arnaud Claude seront jugés pour avoir mis en place le montage opaque qui entoure le riad, Alexandre Balkany pour avoir "couvert" ses parents en souscrivant des baux fictifs.

Le jugement pour "fraude fiscale" mis en délibéré. Au terme d'une première semaine consacrée à la seule fraude fiscale, le parquet national financier (PNF) a requis quatre ans de prison, avec incarcération immédiate, contre Patrick Balkany, quatre ans dont deux avec sursis contre son épouse, et l'inéligibilité maximale, dix ans, contre les deux élus LR. Dans ce dossier, il leur était reproché de n'avoir pas payé d'ISF entre 2010 et 2015, malgré des actifs estimés à 16 millions d'euros, et d'avoir déclaré des revenus amplement sous-évalués entre 2009 et 2014. Ce premier jugement mis en délibéré au 13 septembre.

00h01 : Ce direct est maintenant terminé. Voici les titres de l'actualité à retrouver sur notre page d'accueil :

• La cour d'appel de Paris a ordonné la reprise des traitements de Vincent Lambert, répondant ainsi favorablement à la demande de ses parents.

• Emmanuel Macron s'engage un peu plus dans la campagne pour les européennes. Dans une interview accordée à la presse régionale, il dénonce notamment "une connivence entre les nationalistes et des intérêts étrangers, dont l’objectif est le démantèlement de l’Europe".


Les ministres d'extrême droite du gouvernement autrichien ont démissionné. La décision intervient après "l'affaire d'Ibiza" qui fait vaciller la coalition au pouvoir.

• Après une première semaine d'audience consacrée aux soupçons de fraude fiscale, le deuxième volet du procès des élus de Levallois-Perret s'est ouvert à Paris. Les avocats de la défense ont notamment émis des demandes de nullité.

20h03 : A 20 heures, voici un nouveau point sur l'actualité :

• Emmanuel Macron ne souhaite pas s’"immiscer dans la décision de soin et de droit qui a été prise dans le cas de Vincent Lambert", un patient tétraplégique en état végétatif depuis onze ans dont le traitement a été interrompu aujourd'hui.

Les ministres d'extrême droite du gouvernement autrichien ont démissionné. La décision intervient après "l'affaire d'Ibiza" qui fait vaciller la coalition au pouvoir.

• Après une première semaine d'audience consacrée aux soupçons de fraude fiscale, le deuxième volet du procès des élus de Levallois-Perret s'est ouvert à Paris. Les avocats de la défense ont notamment émis des demandes de nullité.

• A moins d'une semaine des élections européennes, Steve Bannon reste mobilisé auprès des partis d'extrême droite du Vieux continent. Les objectifs de son organisation ont évolué et s'étendent au-délà du scrutin de mai. Enquête.

18h04 : Voici les principales informations de cet après-midi :

• Emmanuel Macron ne souhaite pas s’"immiscer dans la décision de soin et de droit qui a été prise dans le cas de Vincent Lambert", un patient tétraplégique en état végétatif depuis onze ans dont le traitement a été interrompu lundi.

• Après une première semaine d'audience consacrée aux soupçons de fraude fiscale, le deuxième volet du procès des élus de Levallois-Perret s'est ouvert à Paris. Les avocats de la défense ont notamment émis des demandes de nullité.

• A moins d'une semaine des élections européennes, Steve Bannon reste mobilisé auprès des partis d'extrême droite du Vieux continent. Les objectifs de son organisation ont évolué et s'étendent au-délà du scrutin de mai. Enquête.

• Une personne a été repérée en train d'escalader la tour Eiffel. L'édifice parisien et son parvis ont été évacués dans l'après-midi. Les pompiers et la police se sont rendus sur place.

17h42 : L'audience est suspendue et reprendra mercredi à 13h30. La journée de demain était prévue pour le délibéré des recours déposés aujourd'hui, mais toutes les décisions ont été annoncées dès ce soir.

17h06 : Les avocats de la défense plaident désormais la nullité. "Nous dénonçons un enchevêtrement de choses et ça a privé monsieur Balkany de préparer sa défense", continue Me Vey, qui conteste le planning d'audience.

16h00 : Les demandes de renvoi exprimées par les avocats des prévenus ont été écartées.

15h40 : L'audience a été suspendue pour délibérer sur les demandes de renvoi émises par les avocats des prévenus.

14h40 : Retour au tribunal de Paris, pour la seconde semaine du procès des époux Balkany. Le président du tribunal a lu les faits pour lesquels les prévenus comparaissent.

14h15 : On fait le point sur les principales informations de la journée :

• Après une première semaine consacrée au seul délit de fraude fiscale, le procès à Paris des époux Balkany reprend pour cinq semaines consacrées cette fois aux accusations de blanchiment et de corruption, plus lourdes et bien plus complexes. Nos journalistes Violaine Jaussent et Mathilde Lemaire sont sur place.

"Ils sont en train de le tuer", s'est indignée la mère de Vincent Lambert face à la presse devant l'hôpital Sébastopol de Reims alors que l'arrêt des soins a débuté pour le patient. Depuis plus de dix ans, le sort de Vincent Lambert a profondément divisé sa famille.

• Le géant américain Google, dont le système Android équipe l'immense majorité des smartphones dans le monde, a annoncé qu'il coupait les ponts avec Huawei, une décision lourde de conséquences pour le groupe chinois qui risque de ne plus pouvoir offrir Gmail ou Google Maps à ses clients.

• Des opérations escargot et des kilomètres de bouchons : des centaines de taxis, mais aussi des représentants d'auto-écoles et d'ambulanciers, font entendre leur colère lundi autour et dans la capitale pour un "1er round" contre la loi mobilités qu'ils jugent "toxique" et "faite pour les plateformes".

13h41 : Nos journalistes Violaine Jaussent et Mathilde Lemaire sont sur place pour suivre le procès. Cette semaine est consacrée aux accusations de blanchiment et de corruption. L'enquête avait démarré en 2013 après des révélations d'un ancien allié politique du couple, Didier Schuller. Elle avait mené à l'ouverture d'une seconde enquête, pour fraude fiscale, après une plainte du fisc en 2015.

13h43 : Si vous n'avez pas tout suivi à ce dossier, cet article résume les principaux moments de la première semaine du procès et ce grand format raconte la vie de roman des époux.

Patrick et Isabelle Balkany, lors d\'un meeting organisé à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) pendant la campagne des régionales, le 3 décembre 2015.

13h22 : Après une première semaine consacrée au seul délit de fraude fiscale, le procès à Paris des époux Balkany reprend cet après-midi pour cinq semaines consacrées cette fois aux accusations de blanchiment et de corruption, plus lourdes et bien plus complexes.

Le maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), Patrick Balkany, et son avocat, Eric Dupond-Moretti, le 13 mai 2019 au palais de Justice de Paris.


(BERTRAND GUAY / AFP)

Vous êtes à nouveau en ligne