La cote de popularité de Copé continue de chuter

Jean-Francois Copé, le 5 juin 2013 à Londres (Royaume-Uni).
Jean-Francois Copé, le 5 juin 2013 à Londres (Royaume-Uni). (LEON NEAL / AFP)

Soupçonné d'avoir favorisé des proches dans l'utilisation des fonds de son parti, il perd du terrain y compris parmi les électeurs de Nicolas Sarkozy de 2012.

Sa stratégie pour détourner l'attention de l'affaire Copé n'a pas porté ses fruits. La cote de popularité du président de l'UMP continue de baisser. Selon le baromètre Clai-Metronews-LCI, réalisé par l'institut OpinionWay et publié dimanche 9 mars, Jean-François Copé a perdu 3 points par rapport au baromètre réalisé en février et ne recueille plus que 23% de satisfaits, contre 73% de mécontents.

Soupçonné d'avoir favorisé des proches dans l'utilisation des fonds de son parti, il perd du terrain y compris parmi les électeurs de Nicolas Sarkozy de 2012 (42% de satisfaits). Au total, il perd 8 points auprès de cette cible. Le président de l'UMP arrive loin derrière les autres ténors de l'opposition, dont Alain Juppé (47% de satisfaits), Jean-Louis Borloo (44%), François Fillon (39%) et François Bayrou (38%).

L'exécutif stabilisé

Quant à la cote de satisfaction de François Hollande, elle reste peu élevée (25%), même si elle progresse de 2 points sur un mois. 48% des électeurs ayant voté pour lui en 2012 sont satisfaits, poursuit le baromètre. Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault rassemble lui 26% de satisfaits (stable), contre 72% de mécontents (+2 points sur un mois).

Parmi les ministres, Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement et ministre des Droits des femmes, arrive en tête avec 54% de satisfaits (+5), devant la ministre de la Culture Aurélie Filippetti (52%, +7) et Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères (50%, +2). Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, en baisse depuis plusieurs semaines, regagne 4 points (49% de satisfaits, 49% de mécontents), mais reste devancé par son collègue de la Défense, Jean-Yves Le Drian (49% de satisfaits, 42% de mécontents).

 

Sondage réalisé par téléphone du 3 au 6 mars selon la méthode des quotas auprès d'un échantillon de 1 005 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.