Affaire Cahuzac : les fonds rapatriés de l'étranger bloqués par la justice

Jérôme Cahuzac, le 7 mars 2013, à Bassens (Gironde).
Jérôme Cahuzac, le 7 mars 2013, à Bassens (Gironde). (JEAN-PIERRE MULLER / AFP)

Les juges d'instruction chargés de l'enquête ont ordonné le 16 mai que l'ancien ministre verse sous forme de cautionnement les quelque 685 000 euros qu'il a dit avoir rapatriés de son compte non déclaré à Singapour.

Jérôme Cahuzac ne touchera pas à ses économies. Les fonds non déclarés rapatriés de l'étranger par l'ancien ministre du Budget ont été bloqués par la justice mi-mai, a-t-on appris mardi 4 juin de sources proches du dossier.

Les juges d'instruction chargés de l'enquête ont ordonné le 16 mai que Jérôme Cahuzac verse, sous forme de cautionnement, les quelque 685 000 euros qu'il a dit avoir rapatriés de son compte non déclaré à Singapour. L'ancien ministre a été mis en examen, notamment pour "blanchiment de fraude fiscale", le 2 avril. Sur son blog, et devant les juges d'instruction Roger Le Loire et Renaud Van Ruymbeke, il avait reconnu ce même jour détenir un compte à l'étranger depuis une vingtaine d'années, crédité d'un montant "d'environ 600 000 euros".

Jérôme Cahuzac doit être auditionné le 26 juin par la commission d'enquête parlementaire relative "au fonctionnement de l'action du gouvernement et des services de l'Etat entre le 4 décembre 2012 et le 2 avril 2013 dans la gestion d'une affaire qui a conduit à la démission d'un membre du gouvernement". Une commission créée fin avril par les députés à la suite de sa mise en examen. 

Vous êtes à nouveau en ligne