L'UMP de Paris remodelée après l'annonce de candidature de Fillon

Le secrétaire général de l\'UMP, Jean-François Copé, lors de la convention du parti sur le projet socialiste, le 18 octobre 2011 à Paris.
Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, lors de la convention du parti sur le projet socialiste, le 18 octobre 2011 à Paris. (ALEXANDER KLEIN / AFP)

Jean-François Copé a modifié une partie de l'équipe dirigeante pour tenter de mettre fin aux dissensions qui minent le parti en vue des législatives de 2012.

Minée par les dissensions depuis quelques semaines, la fédération UMP de Paris se réorganise. Le secrétaire général du parti de la majorité, Jean-François Copé, a déclaré mercredi 2 novembre être parvenu à un accord sur cette fédération, la plus grande de France pour l'UMP. Au cœur de la bataille, la candidature annoncée de l'actuel premier ministre, François Fillon, qui souhaite se présenter dans la même circonscription que Rachida Dati, la maire du 7arrondissement. 

L'attribution des circonscriptions pour les législatives de 2012 n'a pas encore été tranchée, mais l'équipe préparatoire connaît, elle, plusieurs modifications.

Le président de la fédération, Philippe Goujon, député-maire du 15arrondissement et proche de François Fillon, garde son poste. En revanche, le secrétaire départemental, Jean-Jacques Giannesini, change de rôle et devient vice-président de la fédération aux côtés de Philippe Goujon.

Des états généraux des circonscriptions à venir

Trois "délégués fédéraux représentant chacun des sensibilités" vont être nommés : Vincent Roger, proche de François Fillon, Jean-Pierre Lecoq, maire du 6e et proche de l'ancien dissident Pierre Charon, et l'ancienne sénatrice de la capitale Catherine Dumas. 

A leurs côtés figureront plusieurs "secrétaires départementaux adjoints", comme le détaille Jean-François Copé. "C'est toute cette équipe qui sera amenée à piloter la fédération de Paris pour les élections présidentielle, législatives et municipales. Je ne nomme pas à ce stade de secrétaire départemental, c'est tout à fait prématuré."

Selon Philippe Goujon, "des états généraux des circonscriptions" seront prochainement organisés, à une date encore inconnue.

Vous êtes à nouveau en ligne