18 ans après, la mort du préfet Erignac divise les indépendantistes corses

(Une gerbe de fleur déposée sur le lieu où a été assassiné Claude Erignac en 1998 © maxPPP)

Un hommage était rendu ce matin à Claude Erignac, préfet de Corse assassiné il y a dix-huit ans. Gilles Simeoni, président du Conseil Exécutif de Corse était présent, pas Jean-Guy Talamoni.

Le nouveau président nationaliste du Conseil exécutif de Corse a assisté ce matin à l’hommage rendu au préfet Erignac. C'est la première fois qu'un nationaliste se rend à cette cérémonie officielle.

Le président indépendantiste de l’Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni a, lui, choisi de ne pas participer. Il considère compte tenu de son engagement politique et personnel que sa présence serait déplacée. "Mais elle ne doit pas être vu comme une marque d'indifférence envers sa mémoire et ses proches" a-t-il expliqué dans un communiqué.

Paul-Marie Bartoli, conseiller territorial de gauche considère lui qu'il vient en tant que "citoyen qui doit commémorer le martyr de Claude Erignac et ne jamais oublier ce qu'il s'est passé."

Gilles Simeoni a gardé le visage fermé durant cette cérémonie et refusé de faire la moindre déclaration. Le nouveau président de l'exécutif corse était l'avocat d'Yvan Colonna, reconnu par la Justice comme l'assassin du Préfet Erignac.

Reportage d'Alexandre Sanguinetti
--'--
--'--