Politique : agenda à venir

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Le bloc-notes politique du dimanche avec Nathalie Saint-Cricq. D'abord, qui sera là demain pour accueillir Nicolas Sarkozy à cette réunion ? Jean-François Copé ? François Fillon. Nathalie Saint-Cricq : Ils vont tous venir. Jean-François Copé a fait les choses en grand : 800 députés, sénateurs, responsables locaux de l'UMP et François Fillon, pour écouter Nicolas Sarkozy de retour dans ce qu'il considère comme sa maison, après un an d'abstinence. Ce sera certes a huis-clos , ce sera certes pour afficher un grand moment de solidarité, dans les épreuves. Réunion de famille donc mais aussi vrai signal politique. Laurent Delahousse : Est-ce-que pour autant, on peut réellement parler de retour ? C'est plus un jalon qu'un retour. Nicolas Sarkozy qui, jeudi, voulait faire un 20H, régler ses comptes et river leur clou en vrac au Conseil constitutionnel, à la gauche et a François Fillon, a vite compris qu'un retour fracassant après 1 an n'était pas le bon choix. Son scénario est simple, il table sur l'échec de François Hollande, veut se faire désirer pour incarner le recours. Eh bien on n'est pas dans le timing donc destjuste une étape. Laurent Delahousse : Ce retour en politique, qu'en pense l'opinion ? Il faut différencier les sondages qui concernent les militants UMP et l'avis des Français en général. Nathalie Saint-Cricq : Oui, ce sondage IFOP-JDD en est la preuve. Si 65 % des sympathisants de droite souhaitent sa candidature à la présidentielle, ils ne sont que 40% quand on considère l'ensemble des Français. Bref il y a encore pour Nicolas Sarkozy du chemin à parcourir. Laurent Delahousse : Merci Nathalie.

Le bloc-notes politique du dimanche avec Nathalie Saint-Cricq. D'abord, qui sera là demain pour accueillir Nicolas Sarkozy à cette réunion ? Jean-François Copé ? François Fillon.

Nathalie Saint-Cricq : Ils vont tous venir. Jean-François Copé a fait les choses en grand : 800 députés, sénateurs, responsables locaux de l'UMP et François Fillon, pour écouter Nicolas Sarkozy de retour dans ce qu'il considère comme sa maison, après un an d'abstinence. Ce sera certes a huis-clos , ce sera certes pour afficher un grand moment de solidarité, dans les épreuves. Réunion de famille donc mais aussi vrai signal politique.

Laurent Delahousse : Est-ce-que pour autant, on peut réellement parler de retour ? C'est plus un jalon qu'un retour. Nicolas Sarkozy qui, jeudi, voulait faire un 20H, régler ses comptes et river leur clou en vrac au Conseil constitutionnel, à la gauche et a François Fillon, a vite compris qu'un retour fracassant après 1 an n'était pas le bon choix. Son scénario est simple, il table sur l'échec de François Hollande, veut se faire désirer pour incarner le recours. Eh bien on n'est pas dans le timing donc destjuste une étape.

Laurent Delahousse : Ce retour en politique, qu'en pense l'opinion ? Il faut différencier les sondages qui concernent les militants UMP et l'avis des Français en général.

Nathalie Saint-Cricq : Oui, ce sondage IFOP-JDD en est la preuve. Si 65 % des sympathisants de droite souhaitent sa candidature à la présidentielle, ils ne sont que 40% quand on considère l'ensemble des Français. Bref il y a encore pour Nicolas Sarkozy du chemin à parcourir.

Laurent Delahousse : Merci Nathalie.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne