Philippines : cyclone géant, témoignage d'un Français

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Bienvenue à tous. Des rescapés hébétés et affamés. Des villes réduites en miettes. Ce sont les dégâts du cyclone géant aux Philippines. Avant d'aller sur place, voici des images inédites du moment où le typhon a touché terre. Un Français les a tournées. Un volontaire en mission pour son association. Derrière l'objectif, un Français, bloqué dans un hôtel. Il est pris au piège, au coeur du typhon. L'eau a commencé de monter d'environ 2 à 3 mètres. Elle a englouti tout sur son passage, véhicules, poteaux électriques, cocotiers. Les images sont impressionnantes, les toits en tôle volaient dans la rue. Des personnes aussi ont été englouties. Après le passage du typhon, le Français de 25 ans se dirige vers l'aéroport pour quitter la ville. Plus j'avançais vers l'aéroport, plus les maisons étaient dégradées. On aurait dit qu'une bombe était tombée là. Sur le chemin, on pouvait voir une cinquantaine de cadavres. Le Français, volontaire dans une association caritative, a réussi à quitter la zone dévastée à bord d'un avion militaire.

Bienvenue à tous. Des rescapés hébétés et affamés. Des villes réduites en miettes. Ce sont les dégâts du cyclone géant aux Philippines. Avant d'aller sur place, voici des images inédites du moment où le typhon a touché terre. Un Français les a tournées. Un volontaire en mission pour son association.

Derrière l'objectif, un Français, bloqué dans un hôtel. Il est pris au piège, au coeur du typhon.

L'eau a commencé de monter d'environ 2 à 3 mètres. Elle a englouti tout sur son passage, véhicules, poteaux électriques, cocotiers. Les images sont impressionnantes, les toits en tôle volaient dans la rue. Des personnes aussi ont été englouties.

Après le passage du typhon, le Français de 25 ans se dirige vers l'aéroport pour quitter la ville.

Plus j'avançais vers l'aéroport, plus les maisons étaient dégradées. On aurait dit qu'une bombe était tombée là. Sur le chemin, on pouvait voir une cinquantaine de cadavres.

Le Français, volontaire dans une association caritative, a réussi à quitter la zone dévastée à bord d'un avion militaire.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne