Paul Aussaresses : retour sur la guerre d'Algérie

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

La mort du général Paul Aussaresses à l'âge de 95 ans. Ancien responsable des services de renseignement à Alger, il avait choqué en assumant clairement son rôle de tortionnaire pendant la guerre d'Algérie. Pendant 50 ans il aura été un homme de l'ombre. De cette époque où il travaillait pour les services de renseignement, il n'existe que cette photo prise dans les années 50. Paul Aussaresses n'est sorti de l'ombre que très tard. Les Français ne découvrent son visage qu'en 2000. Après une interview au Monde, il est l'invité du journal de 20 H. Il raconte le rôle qu'il a joué pendant la bataille d'Alger. Vous avez participé à des actes de torture. Non. Mais vous avez participe à des exécutions sommaires. Oui. Vous avez exécuté combien de gens. J'en ai exécuté 24. A mon avis, il faut passer l'éponge. Pas de remords, c'est ce qu'il écrit dans ce livre. Il précise qu'Ali Boumendjel, avocat du FNL, a bien été tué par ses hommes, défenestré. Sa mort avait été maquillée en suicide. Autre révélation sur le sort de Larbi Ben M'hidi. Le Jean Moulin algérien arrêté en 1957. Engagé très jeune dans la résistance, il devient militaire, spécialiste du renseignement. Après l'Indochine et l'Algérie, il part aux Etats-Unis et au Brésil. Il forme des officiers latino-américains. Il aurait ainsi favorisé le coup d'état de 1973 au Chili. Après Massu et Bigéard, il était Ié dernier général dé sa génération accusé d'exactions. Faut.

La mort du général Paul Aussaresses à l'âge de 95 ans. Ancien responsable des services de renseignement à Alger, il avait choqué en assumant clairement son rôle de tortionnaire pendant la guerre d'Algérie.

Pendant 50 ans il aura été un homme de l'ombre. De cette époque où il travaillait pour les services de renseignement, il n'existe que cette photo prise dans les années 50. Paul Aussaresses n'est sorti de l'ombre que très tard. Les Français ne découvrent son visage qu'en 2000. Après une interview au Monde, il est l'invité du journal de 20 H. Il raconte le rôle qu'il a joué pendant la bataille d'Alger.

Vous avez participé à des actes de torture.

Non.

Mais vous avez participe à des exécutions sommaires.

Oui.

Vous avez exécuté combien de gens.

J'en ai exécuté 24.

A mon avis, il faut passer l'éponge.

Pas de remords, c'est ce qu'il écrit dans ce livre. Il précise qu'Ali Boumendjel, avocat du FNL, a bien été tué par ses hommes, défenestré. Sa mort avait été maquillée en suicide. Autre révélation sur le sort de Larbi Ben M'hidi. Le Jean Moulin algérien arrêté en 1957. Engagé très jeune dans la résistance, il devient militaire, spécialiste du renseignement. Après l'Indochine et l'Algérie, il part aux Etats-Unis et au Brésil. Il forme des officiers latino-américains. Il aurait ainsi favorisé le coup d'état de 1973 au Chili. Après Massu et Bigéard, il était Ié dernier général dé sa génération accusé d'exactions.

Faut.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne