Événement : le Critérium du Dauphiné Auvergne Rhône-Alpes, du 3 au 10 juin

Édition 2018
Édition 2018 (© Critérium du Dauphiné)
Partenariat

A un mois du Tour de France, les cyclistes favoris Romain Bardet, Warren Barguil et Vincenzo Nibali se retrouvent pour cette 70ème édition. Suivez la course du départ de Valence jusqu’au final à Saint Gervais Mont Blanc, en passant par l’inédite ascension du col du Mont Noir.

Le parcours

Pour l'amoureux de cyclisme, la ville de Valence et au sens large la vallée du Rhône évoquent des arrivées au sprint, qu'il s'agisse d'étapes du Critérium du Dauphiné, de Paris-Nice ou du Tour de France. La région se prête également à des parcours de chronos : c'était le cas la dernière fois que le Dauphiné s'est arrêté à Valence en 2009 et pour le retour de la course dans la préfecture de la Drôme, les coureurs s'exprimeront à nouveau contre la montre sur un prologue de 6,6 km. Les sprinteurs auront quant à eux leur chance le lendemain à Saint-Just-Saint-Rambert, et si les circonstances s'y prêtent le jour suivant à Belleville.

Les débats entre favoris prennent une autre dimension à partir du traditionnel chrono du mercredi, qui sera cette année consacré à un contre-la-montre par équipe, entre Pont-de-Vaux et Louhans-Châteaurenaud. Les formations des gros rouleurs y prendront une option, mais seuls les meilleurs grimpeurs conserveront des chances de succès sur le programme montagnard de la fin de semaine. Et ce dès l'étape de Lans-en-Vercors, qu'ils atteindront après avoir franchi l'inédit col du Mont Noir (17,5 km à 6,9% de pente moyenne). La montée à Valmorel est quant à elle connue du peloton depuis l'édition 2013 et pourrait à nouveau être exploitée par un futur vainqueur. Les deux jours restant à courir offriront toutefois des terrains propices à la rébellion. La route de La Rosière, identique à la 11e étape du Tour de France 2018, est réduite à un format ultra-dynamique de 110 km. Le final de Saint-Gervais Mont-Blanc a également fait ses preuves sur le Tour de France, avec le coup de force sur lequel Romain Bardet s'était hissé à la 2e place du classement général en 2016. 

Les coureurs

Parmi les favoris appelés à conquérir le titre, un seul trentenaire se détache nettement : Vincenzo Nibali. Le vainqueur du Tour 2014 a rarement brillé sur le Dauphiné mais s’est montré capable de surprendre en gagnant Milan-San Remo… l’Italien avance d’un pas assuré vers son objectif de l’année. Ses contradicteurs attendus ne manquent pas de références sur leur montée en puissance vers le Tour de France. Ainsi, Movistar table cette année sur la fraicheur et la jeunesse de Marc Soler, vainqueur de Paris-Nice au mois de mars, tandis que la formation Sky aligne, en plus de Geraint Thomas, le vainqueur de Tirreno-Adriatico, Michal Kwiatkowski et celui du récent Tour de Californie, Egan Bernal, éblouissant du haut de ses 21 ans.

Citérium du Dauphiné
Citérium du Dauphiné (© ASO / A.Broadway)

Dans le genre prolifiques depuis le début de l’année, les coureurs de Quick Step n’ont pas de rivaux et débouleront dans les Alpes avec le même appétit qu’en Belgique par exemple : Julian Alaphilippe, vainqueur de la Flèche Wallonne, et Bob Jungels, vainqueur de Liège-Bastogne-Liège à 25 ans, auront leur mot à dire à un moment ou un autre. Tout comme le lauréat des Strade Bianche, Tiesj Benoot, leader de l’autre équipe belge, Lotto-Soudal. Ce jour-là du côté de Sienne, le coureur belge était suivi de près par Romain Bardet (2e), qui rend sa copie de début de sa saison la plus convaincante sur l’ensemble de sa carrière, en ayant également décroché un podium sur Liège-Bastogne-Liège (3e). Porteur des espoirs de Fortuneo, Warren Barguil a quant à lui marqué le pas mais a donné des gages de sa capacité à rebondir l’été dernier. Chez Michelton-Scott, on se prend certainement à rêver d’une séquence victorieuse d’Adam Yates (4e en Californie), dont le niveau n’est jamais très éloigné de celui de son frère Simon, actuel porteur du maillot rose sur le Giro.

Plus d’informations sur le site du Critérium du Dauphiné