Événement « Borderline(s) Investigation », un spectacle de Frédéric Ferrer, du 4 au 8 décembre à la Grande Halle de La Villette

LA VILLETTE 2018
LA VILLETTE 2018 (LA VILLETTE 2018)
Partenariat

Sous la direction du géographe et metteur en scène Frédéric Ferrer, la compagnie Vertical Détour explore les bouleversements de la planète le temps d’une conférence drôle et décalée. Changement climatique, disparition des espaces de vie et effondrement de la biodiversité … Sur la base de rapports précis, de croquis, de cartes et de vidéos, venez comprendre en vous posant sans pessimisme quelques questions clés !

Note d’intention de Frédéric Ferrer

Mettre en scène la présentation publique d’un groupe de recherche  

L’idée de ce projet est née lors d’une journée d’études à laquelle j’étais invité sur le sujet des « vecteurs et maladies associées » à l’Institut Pasteur. J’assistais aux sessions et devais participer à une table ronde suite au travail que j’avais mené en 2013 sur Aedes albopictus, alias le moustique-tigre, dans le cadre du spectacle « Les déterritorialisations du vecteur » (cartographie 3). Les communications des chercheurs étaient passionnantes. Elles ouvraient de multiples pistes, terrains et perspectives tant sur le contenu que sur la forme. J’ai traversé cette journée comme on regarde un spectacle, naviguant de territoires de chercheurs en territoires de chercheurs, de powerpoints en cartes, courbes et titres, effectuant ainsi, à travers ce colloque, un incroyable voyage.

Les Borderline(s) investigations emprunteront à cette journée, et augmenteront l’expérience de mes conférences en proposant une immersion kaléidoscopique dans une thématique, en multipliant les objets d’études, et en jouant avec les échelles d’observation.  

Borderlines investigations : des enquêtes sur les frontières et limites du monde

Borderline(s) investigations est le nom d’un nouveau cycle artistique (après les chroniques du réchauffement et les cartographies de l’Atlas de l’anthropocène) que je veux consacrer cette fois-ci à l’exploration des frontières et limites du monde.

En ces temps où les pressions anthropiques sur les milieux naturels, les écosystèmes, la biodiversité mettent gravement en jeu les grands équilibres de la planète ; où les scientifiques alertent sur l’entrée de la Terre dans une nouvelle période d’extinction massive du vivant (après la dernière qui a vu disparaître 70 % des espèces - dont les fameux dinosaures – il y a 65 millions d’années) ; où la forte augmentation attendue de la population mondiale d’ici 2050 risque de générer de multiples tensions pour l’accès à l’eau et l’alimentation ; où les disparités spatiales de développement se creusent ; où le politique et les différents systèmes mondiaux de gouvernance économique ne prennent pas en compte les signes de la catastrophe en cours, pourtant révélés chaque jour davantage par de nombreux experts et lanceurs d’alertes à travers le monde ; où les progrès de la science notamment dans les domaines de la génétique et de la modification du vivant, de l’astrophysique et de l’exobiologie, autorisent la possible invention de nouveaux scénarii de développement de l’être humain et du vivant sur Terre, et peut-être ailleurs... ; dans ce monde-là, fini et de plus en plus plein, où tout ce qui vit donc est soumis à des contraintes et dominations de toutes sortes et de plus en plus puissantes, la question des frontières et des limites (de la Terre, de la vie, de l’humanité, de la modification, du supportable) est devenue l’un des enjeux les plus prégnants de notre civilisation.

Au célèbre « l’homme est né libre, et partout il est dans les fers » de Rousseau, les Borderline(s) investigations répondront en s’intéressant à quelques-uns de ces fers que n’importe quel observateur extra-terrestre - qu’on finira bien par découvrir un jour - pourrait trouver singulier sur notre globe et dans la structure et les limites des entités, vivantes ou non, qu’on y trouve.

Point de défaitisme dans les Borderline(s) investigations face à l’ampleur de la tâche. Point de diagnostic de l’effondrement en cours sans réaction et volonté de trouver une solution.  

La collapsologie (c’est-à-dire l’étude de l’effondrement) à laquelle les Borderline(s) investigations emprunteront certaines analyses, n’est pas une résignation, mais bien un réveil de la pensée et des initiatives, et un encouragement à tenter autre chose. Comme la frontologie, à laquelle les Borderline(s) investigations emprunteront aussi, n’est pas l’acceptation des limites, mais la volonté d’en découdre. (la frontologie étant entendue ici non comme l’étude des fronts en météorologie, mais dans une nouvelle acception, plus large – un pari que je fais sur l’évolution d’un mot et la naissance d’une science - celle de l’étude de toutes les frontières et limites du monde) Les Borderline(s) investigations tenteront donc de conjurer les limites, d’ouvrir des brèches, de chercher des passages et de changer la donne. Avec beaucoup d’application et d’énergie.

À propos de Frédéric Ferrer

Auteur, acteur, metteur en scène et géographe, Frédéric Ferrer crée son premier spectacle en 1994 avec Liberté à Brême de Rainer Werner Fassbinder puis conçoit des spectacles à partir de ses textes où il interroge notamment les figures de la folie (Apoplexification à l’aide de la râpe à noix de muscade et Pour Wagner) et les dérèglements du monde, à travers deux cycles de créations.

Plus d’informations sur le site de la Villette

Vous êtes à nouveau en ligne