Paris : chasser les familles Roms ?

On est dans un face-à-face tendu, et chaque petite rencontre provoque une étincelle potentiellement explosive. David Pujadas: Merci Marc. En France, une note de quelques lignes qui fait des vagues. Le commissariat de Saint-Germain-des-Prés (Paris) demande à ses hommes d'évincer systématiquement les familles Roms qui vivent dans la rue avec des enfants. Devant les protestations, le ministère de l'intérieur a fait rectifier cette note interne. Chasser la population roms d'un quartier huppé de la capitale. C'est en substance l'objet de la note qui n'aurait jamais dûe sortir de ce commissariat parisien. Les consignes sont claires. Les policiers doivent localiser sur le 6e arrondissement les familles roms vivants dans la rue et les évincer. C'est vrai que la mendicité permanente, ça finit par être exaspérant. Mais ça fait mal de voir l'humanité ainsi. Les expulser du 6e sous prétexte que c'est un quartier chic, je trouve ça répugnant. Pourquoi une telle directive ? Le maire de l'arrondissement admet qu'il a alerté le préfet. Selon lui, des familles roms avec des enfants en bas âge se sont installées. Il y a une situation sociale et de détresse humaine accompagnée d'un certain nombre de. De larcins qui ne sont pas forcément imputables à ces familles mais qui sont commis dans le sillage de ces filières mafieuses. Ce n'est pas acceptable. Le scandale serait de ne pas vouloir traiter ce problème. Pour la police, cette note provoque l'embarras. En France, il est interdit de cibler une population sur des critères ethniques. On est dans le cadre d'une maladresse lexicale qu'une chasse aux Roms. Des militans associatifs dénoncent une stigmatisation des Ftoms. Le ministère de l'intérieur indique que la note a été rectifiée.

On est dans un face-à-face tendu, et chaque petite rencontre provoque une étincelle potentiellement explosive.

David Pujadas: Merci Marc.

En France, une note de quelques lignes qui fait des vagues. Le commissariat de Saint-Germain-des-Prés (Paris) demande à ses hommes d'évincer systématiquement les familles Roms qui vivent dans la rue avec des enfants. Devant les protestations, le ministère de l'intérieur a fait rectifier cette note interne.

Chasser la population roms d'un quartier huppé de la capitale. C'est en substance l'objet de la note qui n'aurait jamais dûe sortir de ce commissariat parisien. Les consignes sont claires. Les policiers doivent localiser sur le 6e arrondissement les familles roms vivants dans la rue et les évincer.

C'est vrai que la mendicité permanente, ça finit par être exaspérant. Mais ça fait mal de voir l'humanité ainsi.

Les expulser du 6e sous prétexte que c'est un quartier chic, je trouve ça répugnant.

Pourquoi une telle directive ? Le maire de l'arrondissement admet qu'il a alerté le préfet. Selon lui, des familles roms avec des enfants en bas âge se sont installées.

Il y a une situation sociale et de détresse humaine accompagnée d'un certain nombre de. De larcins qui ne sont pas forcément imputables à ces familles mais qui sont commis dans le sillage de ces filières mafieuses. Ce n'est pas acceptable. Le scandale serait de ne pas vouloir traiter ce problème.

Pour la police, cette note provoque l'embarras. En France, il est interdit de cibler une population sur des critères ethniques.

On est dans le cadre d'une maladresse lexicale qu'une chasse aux Roms.

Des militans associatifs dénoncent une stigmatisation des Ftoms. Le ministère de l'intérieur indique que la note a été rectifiée.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne