Oyonnax : ville d'Histoire

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

On s'arrête sur ces événements à Oyonnax en 1943. Un défilé des résistants malgré l'interdiction. Regardez cette image, un homme qui avait 19 ans à l'époque. Il a participé à ce défilé, il est le dernier survivant de cette manifestation courageuse. 70 ans après, nous l'avons retrouvé. En uniformes, ils posent une gerbe sur le monument aux morts, Un hommage aux Poilus qui ont combattu l'Allemagne. Ce geste courageux a été minutieusement préparé. Dans la foule, des résistants sont cachés. Au milieu de ces gens, Georges Rigaud, 19 ans, assure la sécurité du défilé. J'étais sur le trottoir, ici, devant le coiffeur. Je devais voir la réaction des spectateurs. Il scrute les passants hostiles qui pourraient prévenir les Allemands. Pendant ce temps, les résistants séquestrent les gendarmes, les communications téléphoniques sont coupées. Au premier rang du cortège, le clairon s'appelle Marcel Lugand. Un maquisard de 19 ans, aujourd'hui, le dernier survivant parmi ceux qui ont défilé. Il se rappelle du secret entretenu dans le maquis. Dans les camions, on ne savait pas où on allait. On savait qu'on allait défiler dans une ville du département, mais on ne savait pas où. 70 ans après, un souvenir l'émeut encore. L'accueil de la population. Un accueil triomphal. Faut dire que les gens étaient matraqués par la propagande qui présentait les maquisards comme des terroristes. Ils se sont aperçus que c'était pas ça. Cette démonstration de force est un défi à Vichy. Le film tourné par un maquisard servira aussi à acquérir de la crédibilité auprès des Britanniques qui enverront des armes quelques semaines plus tard.

On s'arrête sur ces événements à Oyonnax en 1943. Un défilé des résistants malgré l'interdiction. Regardez cette image, un homme qui avait 19 ans à l'époque. Il a participé à ce défilé, il est le dernier survivant de cette manifestation courageuse. 70 ans après, nous l'avons retrouvé. En uniformes, ils posent une gerbe sur le monument aux morts, Un hommage aux Poilus qui ont combattu l'Allemagne. Ce geste courageux a été minutieusement préparé. Dans la foule, des résistants sont cachés. Au milieu de ces gens, Georges Rigaud, 19 ans, assure la sécurité du défilé.

J'étais sur le trottoir, ici, devant le coiffeur. Je devais voir la réaction des spectateurs.

Il scrute les passants hostiles qui pourraient prévenir les Allemands. Pendant ce temps, les résistants séquestrent les gendarmes, les communications téléphoniques sont coupées. Au premier rang du cortège, le clairon s'appelle Marcel Lugand. Un maquisard de 19 ans, aujourd'hui, le dernier survivant parmi ceux qui ont défilé. Il se rappelle du secret entretenu dans le maquis.

Dans les camions, on ne savait pas où on allait. On savait qu'on allait défiler dans une ville du département, mais on ne savait pas où.

70 ans après, un souvenir l'émeut encore.

L'accueil de la population.

Un accueil triomphal.

Faut dire que les gens étaient matraqués par la propagande qui présentait les maquisards comme des terroristes. Ils se sont aperçus que c'était pas ça.

Cette démonstration de force est un défi à Vichy. Le film tourné par un maquisard servira aussi à acquérir de la crédibilité auprès des Britanniques qui enverront des armes quelques semaines plus tard.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne