Nice : 3 cas mortels de méningite

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Julian Bugier : Merci. L'inquiétude à Nice après la mort de trois personnes, foudroyées par une méningite. Trois jeunes âgés de 22 à 29 ans. L'hôpital reste prudent et refuse de parler d'épidémie. Samedi, à l'hôpital L'Archet de Nice, un homme de 29 ans succombe à une attaque foudroyante de méningite à méningocoque. Son beau-frère avec qui il a passé la journée est terrassé lui aussi par les mêmes symptômes. Quelques heures plus tard, un 3e homme de 22 ans, meurt à son tour, encore une fois d'une méningite. A Nice, on craint l'épidémie. L'Agence régionale de santé analyse les cas et rend sa décision. Ces cas ne sont pas reliés entre eux en dehors des deux beaux-frères. Ils ne présentent aucun danger pour être considérés comme épidémiques. Les mesures de protection des personnes autour ont été prises. Ce matin, sans aucun lien avec les trois décès, Deux cas de méningite sont signalés à l'hôpital Lenval, encore à Nice. On m'a parlé de la méningite, je me suis inquiétée. J'ai préféré l'emmener à Lenval. La bactérie de la méningite ne se transmet que dans 2 % des cas. Les malades de l'hôpital Lenval ont été infectés par des souches différentes et tout est fait pour éviter la contagion. On est toujours dans une grande émotion et on peut le comprendre. Les gens ont besoin d'avoir des informations pour savoir si oui ou non ils sont à risque. La méningite profite des infections hivernales pour se développer. La bactérie tue une cinquantaine de personnes par an.

Julian Bugier : Merci.

L'inquiétude à Nice après la mort de trois personnes, foudroyées par une méningite. Trois jeunes âgés de 22 à 29 ans. L'hôpital reste prudent et refuse de parler d'épidémie.

Samedi, à l'hôpital L'Archet de Nice, un homme de 29 ans succombe à une attaque foudroyante de méningite à méningocoque. Son beau-frère avec qui il a passé la journée est terrassé lui aussi par les mêmes symptômes. Quelques heures plus tard, un 3e homme de 22 ans, meurt à son tour, encore une fois d'une méningite. A Nice, on craint l'épidémie. L'Agence régionale de santé analyse les cas et rend sa décision.

Ces cas ne sont pas reliés entre eux en dehors des deux beaux-frères. Ils ne présentent aucun danger pour être considérés comme épidémiques. Les mesures de protection des personnes autour ont été prises.

Ce matin, sans aucun lien avec les trois décès, Deux cas de méningite sont signalés à l'hôpital Lenval, encore à Nice.

On m'a parlé de la méningite, je me suis inquiétée. J'ai préféré l'emmener à Lenval.

La bactérie de la méningite ne se transmet que dans 2 % des cas. Les malades de l'hôpital Lenval ont été infectés par des souches différentes et tout est fait pour éviter la contagion.

On est toujours dans une grande émotion et on peut le comprendre. Les gens ont besoin d'avoir des informations pour savoir si oui ou non ils sont à risque.

La méningite profite des infections hivernales pour se développer. La bactérie tue une cinquantaine de personnes par an.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne