Visite surprise de Jean-Yves Le Drian au Mali

(Joe Penney Reuters)

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, est arrivé jeudi matin au Mali pour une visite surprise aux troupes françaises. Il s'est d'abord rendu dans le massif des Ifoghas, où se déroulent les combats les plus durs, avant de se rendre brièvement à Gao puis de rejoindre Bamako. Vendredi il doit rencontrer le président malien par intérim Dioncounda Traoré et son Premier ministre Diango Cissoko.

Jean-Yves Le Drian est arrivé jeudi matin au Mali. Une
visite surprise du ministre de la Défense pour rendre hommage aux 4.000 soldats français qui combattent les islamistes depuis près de deux mois. L'opération
Serval a débuté le 11 janvier.

Le ministre s'est d'abord rendu dans le massif montagneux de
l'Adrar des Ifoghas
. Il s'est entretenu avec des militaires et s'est fait présenter les munitions et armements saisis, dont trois canons russes de 122 mm, des mitrailleuses et lance-roquettes.

Jean-Yves Le Drian
a expliqué avoir "voulu saluer les combattants puisque c'est ici que se
sont tenus les combats les plus durs"
. Sur les quatre soldats français tués au Mali depuis le début de l'opération, deux ont perdu la
vie dans ces montagnes du nord-est malien.
Jean-Yves Le Drian a ainsi déclaré
:

"Je voulais leur
rendre hommage et saluer leurs camarades. Je voulais leur dire que la France
était fière de ses soldats (...) fière de la qualité professionnelle et de la
bonne marche des opérations."

Par ailleurs le ministre
de la Défense a évoqué la suite des opérations françaises dans le pays. Rappelant
l'objectif de rendre au Mali son intégrité, Jean-Yves le Drian a affirmé :
"La mission n'est pas finie" . Mercedi le président de la République François Hollande avait indiqué que le nombre de soldats français au Mali diminuerait "à partir du mois d'avril ".

"70% du travail a été fait" selon un général malien

Puis le ministre de la Défense s'est rendu brièvement à Gao. C'est dans cette région qu'un quatrième soldat français a été tué mercredi. Dans une allocution devant environ 250 soldats qui ont chanté la Marseillaise avec lui, le ministre a déclaré que son premier sentiment était "la fierté ". Il a salué "les qualités professionnelles, le courage, le sang-froid, le  don de soi " des militaires français engagés au Mali, "jusqu'au don de votre  vie ".

À Gao, le général Ibrahim Dembélé, chef d'état-major des armées maliennes a affirmé à la presse que "plus de 70% du travail a été fait " contre les islamistes armés retranchés dans la région comprise entre Gao, Kidal et Tessalit.

Jean-Yves Le Drian a ensuite rejoint la capitale Bamako. Il doit s'y entretenir vendredi avec le président malien par intérim Dioncounda Traoré et son Premier ministre Diango Cissoko. 

Vous êtes à nouveau en ligne