VIDEO. Quelle quantité de poussière saharienne voyage jusqu'en Amazonie ?

ssss
NASA GODDARD / YOUTUBE

Un satellite de la Nasa a étudié la structure verticale des nuages et des particules dans l'atmosphère, pour déterminer la quantité de poussières sahariennes qui se dépose en Amazonie.

Le phénomène est méconnu, mais de la poussière du Sahara atterrit à plusieurs milliers de kilomètres du désert africain, en plein cœur de la forêt amazonienne. Pour la première fois, un satellite de la Nasa a évalué la quantité concernée par ce voyage transatlantique de presque 5 000 km, grâce à une modélisation 3D. Ses conclusions ont été publiées mardi 24 février.

Ces grains de sable sont minuscules, puisque leur taille représente le dixième de la largeur d'un cheveu. Mais leur nombre est tel qu'ils forment des panaches visibles depuis l'espace. Lancé en 2006, le satellite Calipso a étudié pendant six ans la structure verticale de ces nuages et particules dans l'atmosphère. Au total, 182 millions de tonnes de poussière décollent d'Afrique chaque année, soit l'équivalent du chargement de 690 000 camions, estime la Nasa. Quelque 27 millions de tonnes retombent dans le bassin amazonien.

Un apport en phosphore, utile aux plantes tropicales

Cette poussière est une chance pour l'Amazonie, explique le chercheur Hongbin Yu, dans un article publié dans le Geophysical Research Letters (en anglais). En effet, il contient du phosphore, un nutriment essentiel pour le développement des plantes. Par exemple, la poussière de la Dépression du Bodélé (Tchad) est très intéressante, car les roches de cet ancien lac sont composées de micro-organismes morts, donc riches en phosphore.

Les poussières du Sahara jouent donc le rôle d'engrais naturel en Amazonie, avec un apport qui évolue d'année en année. Si les précipitations augmentent sur le Sahel, la quantité de sable déplacée diminue l'année suivante. Si elles diminuent, la quantité déplacée augmente. Conclusion de Hongbin Yu ? "Le monde est petit. Nous sommes tous connectés."